×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Non-alignés: Un texte pour régler le différend du Sahara

Par L'Economiste | Edition N°:2363 Le 18/09/2006 | Partager

. Pleine coopération avec l’Onu pour résoudre le problèmeLE 14e Sommet du Mouvement des non-alignés, mouvement né de la guerre froide (Bandung, 1955), a pris fin dans la nuit du samedi au dimanche dernier, à La Havane. Quelque 55 chefs d’Etat et de gouvernement y ont pris part. Le Maroc, représenté par le Premier ministre Driss Jettou, a réaffirmé la nécessité de consolider les partenariats et coopérations des pays de ce mouvement, dans l’esprit des non-alignés, et dans le respect des intégrités territoriales de chacun des pays.Sur la question du Sahara, la Déclaration finale appelle les parties au conflit du Sahara et les Etats de la région à «coopérer pleinement avec le secrétaire général de l’Onu et son envoyé personnel pour aboutir à un règlement politique mutuellement acceptable». Les ministres des Affaires étrangères des pays membres du Mouvement des non-alignés ont adopté, vendredi soir, un texte relatif à la question.Le Maroc notera qu’aucune référence n’est faite, «contrairement au souhait de l’Algérie», au document de Durban (2004), ni au Plan de paix de Baker II.Par conséquent, le Mouvement des non-alignés abonde dans le même sens que le Conseil de sécurité et «conforte par la même occasion la position du secrétaire général de l’Onu qui n’en a pas fait mention dans son dernier rapport sur le Sahara au mois d’avril dernier». Les participants de la rencontre internationale n’ont pas manqué de relever le caractère bilatéral du différend. De plus, la présidence cubaine, d’habitude encline aux déclarations pro-polisario, n’a pas mentionné cette question dans ses discours et déclarations.De manière générale, la Déclaration finale sur la «nécessité d’insuffler un nouvel élan au Mouvement, en droite ligne de l’esprit qui a présidé à la tenue de la conférence afro-asiatique de Bandung (1955)».Les participants ont été unanimes sur l’importance de ce mouvement. La coopération Sud-Sud, et l’unité des pays de ce mouvement doivent plus que jamais prévaloir dans un contexte international houleux.   Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc