×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 159.147 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 199.098 articles (chiffres relevés le 27/5 sur google analytics)
Europe

Maroc compétitif: 13 initiatives actives

Par L'Economiste | Edition N°:327 Le 23/04/1998 | Partager

Plusieurs initiatives sont retenues. Les créneaux porteurs ont été repérés pour les quatre grappes moteur de développement. Il reste à les concrétiser.


Pratiquement, rien de nouveau sur le Maroc Compétitif, sauf peut-être la première sortie publique de quatre ministres(1) pour le forum des 21 et 22 avril. A rappeler que le Maroc Compétitif est un projet du Comité de suivi du Développement du secteur privé. Il a sélectionné quatre grappes pilotes qui peuvent exercer un rôle moteur sur le reste de l'économie.
Du forum les participants venus nombreux ont retenu plusieurs initiatives définies, mais qui demandent des financements. M. Taïb Debbagh, vice-président de la grappe des nouvelles technologies l'a bien souligné: «Il est temps de transformer les idées en projets». Sur un ton de boutade, il précise que l'une des recommandations de cette grappe était la création d'un Mi-nistère des Nouvelles Technologies. «Il semble que le gouvernement actuel ait précédé notre demande». Sur un ton plus sérieux, cette fois-ci, M. Debbagh ne manque pas de souligner la petite taille des entreprises marocaines dans le secteur qui limite leur accès aux marchés publics. En revanche, la grappe peut s'appuyer sur les compétences locales aux niveaux ingénierie et informatique. L'une des initiatives de cette grappe est d'ailleurs la création d'un centre de coordination de compétences. Celui-ci aura pour but de réunir les ressources dispersées dans les PME et les universités et permettre aux acteurs de la grappe de répondre à des projets de taille importante.

Les responsables de la grappe de tourisme ont pour leur part lancé un appel à leur partenaire public (l'Administration), rappelant que ce secteur a vu passer plusieurs ministres et que les différentes stratégies ont fini par freiner les efforts. Côté initiatives, le projet de création d'une station balnéaire à Saïdia est plus que jamais d'actualité, souligne M. Jalil Taarji, hôtelier, «d'autant plus que 60 à 70% des infrastructures existent déjà». Reste encore une fois le problème des budgets.
La grappe textile est en train de concrétiser une de ses initiatives. Il s'agit d'un centre technique (laboratoire et cellule d'assistance) qui sera opérationnel au premier trimestre 1999. Il sera financé en grande partie par le programme Méda. L'Amith y contribuera.
Pour M. Mohamed Mezouar, coprésident de la grappe, le défi pour ce secteur est de repositionner son image et ne plus être uniquement un sous-traitant. «Il faut faire preuve de créativité». L'Amith mène d'ailleurs un projet pilote en encadrant dix entreprises porteuses de potentialités dans le domaine de la bonneterie. Parmi les initiatives retenues par la grappe des produits de la mer, la promotion du label Maroc, la création d'un observatoire économique et la création d'un fonds de garantie sectoriel.

En tout, treize initiatives actives ont été définies pour l'ensemble des grappes. M. Saâd Kettani, président du Maroc Compétitif, a précisé d'ailleurs que le plan d'action devra s'adapter aux changements et s'étendre à d'autres grappes. M. Fathallah Oualalou, ministre de l'Economie et des Finances, n'a pas manqué d'ailleurs de le prendre au mot en proposant «la promotion de la grappe économique au service de la grappe sociale avec plusieurs composantes (santé, logement..)»


(1) Il s'agit de MM. Fathalah Oualalou (ministre de l'Economie et des Finances), Hassan Sebbar (ministre du Tourisme), Thami El Khyari (ministre délégué auprès du ministre de l'Agriculture, chargé de la Pêche Maritime) et Larbi Ajjoul (secrétaire d'Etat, chargé de la Poste et des Nouvelles Technologies de l'Information).


Les recommandations québécoises


Présents lors de ce forum, des experts québécois ont formulé plusieurs recommandations pour la réussite des grappes:"
-un engagement politique fort;
-la participation de tous les intervenants (syndicats, chefs d'entreprise...;
-une vision commune du développement;
-respecter le rythme de chaque grappe;
-capitaliser sur les ressources humaines;
-disposer de fonds;
-éviter de condamner une grappe dès le départ;
-éviter les listes de récriminations au gouvernement;
-éviter les complaisances et les relations de copinage.

Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc