×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 192.132 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 240.532 articles (chiffres relevés le 3/6 sur google analytics)
Europe

Code ISM: Attention aux navires non certifiés

Par L'Economiste | Edition N°:327 Le 23/04/1998 | Partager

LE code ISM (Inter-national Safety Management) entre en vigueur le 1er juillet prochain. Il a été adopté le 4 novembre 1993 par l'Organisation Maritime Internationale dont le Maroc est membre. L'objectif est "l'incitation à la bonne gestion des navires et la prévention de la pollution", note M. Omar Boughabi, secrétaire général du CAMM (Comité des Assureurs Maritimes du Maroc). Ce comité va d'ail-leurs organiser une rencontre vendredi 24 avril pour expliquer les tenants et aboutissants de ce code.
Durant l'année 1997, près de 90 navires ont connu le même sort que le Titanic. Ce qui a engendré la perte de 263 vies humaines et des pertes matérielles considérables. Selon M. Boughabi, 75 à 80% des accidents maritimes sont dus au facteur humain. A titre d'exemple, l'erreur de l'équipage du navire Estonia en 1993 a entraîné la mort de 852 individus, est-il rappelé. C'est pourquoi le code ISM ne prévoit pas uniquement une mise à niveau des navires, mais aussi leur gestion avec leur composante humaine.

En effet, ce code incite les armateurs à certifier leur management, leurs hommes, leur matériel, leur équipement ainsi que leurs méthodes. Ainsi le principe du "capitaine seul maître du navire après Dieu" n'implique plus une exonéra-tion de responsabilité automatique.
La compagnie d'armement est tout aussi responsable de la mauvaise gestion de son navire.
Avec le système de certification, seules les personnes qualifiées disposant de dip-lômes reconnus et d'une expérience satisfaisante seront habilitées à exercer le métier de capitaine. La communica-tion dans le navire figure également parmi les points abordés. Afin de garantir une bonne gestion et une bonne communication, l'équipage doit être homogène et parler au moins une langue commune. A ceci s'ajoute la formation continue de l'équi-page que l'entreprise doit soigneusement programmer.
Des pays ont déjà pris des mesures sévères à l'encontre des navires non certifiés. Dès l'entrée en vigueur du texte, aux Etats-Unis par exemple, le garde-côte va interdire aux navires non certifiés d'entrer dans les ports.

De même, l'Union Européenne avertit qu'elle arrêtera tout navire accostant dans l'un de ses ports s'il n'est pas certifié. Ces mêmes navires seront frappés d'interdiction de naviguer dans les eaux relevant du territoire communautaire.

Hicham RAÏQ

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc