×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Marbriers, une loi mais pas de décret

Par L'Economiste | Edition N°:2905 Le 20/11/2008 | Partager

. Elections: Les candidats à la présidence ne se bousculent pas . Exploitation des carrières, pas de décret d’application Agenda chargé pour les marbriers. Avant la fin de l’année, un nouveau président sera élu à la tête de leur association professionnelle. La modification des statuts est au programme également. Elle vise plus exactement à réduire, lors de la prochaine assemblée générale extraordinaire, le nombre des membres du bureau de 15 à 9. «Souvent l’on se retrouvait durant nos réunions avec seulement six membres, d’où la difficulté d’avoir le quorum», souligne Mustapha Zafad, président de l’Association des marbriers du Maroc (AMM). Qu’en est-il des futures candidatures à la présidence? «Les prétendants ne se sont pas encore déclarés», rétorque pour sa part Ayoub Kah-laoui, SG de l’Association. Mais il est fort probable que ce dernier succède à Zafad. Des sources très proches du dossier ont confirmé l’information. La course à la présidence ne semble donc pas séduire grand monde pour l’instant. Pourtant, des dossiers épineux sont sur la table. A commencer par une conjoncture qui s’annonce délicate: le ralentissement, qui plane depuis quelques temps sur le secteur immobilier, s’est déjà répercuté sur le marché des matériaux de construction. La Fédération des industries des matériaux de construction (FIMC), qui regroupe plus d’une vingtaine d’associations, dont l’AMM, l’avait annoncé récemment (cf. www.leconomiste.com). Marbriers, cimentiers, céramistes… ont vu leurs carnets de commandes se mettre au régime. L’attentisme des opérateurs est le maître mot. Le temps, entre autres, que la loi de Finances 2009 apporte son lot de carottes fiscales. D’ailleurs la Fédération, à travers l’un de ses membres, le PDG de Drapor, a proposé des amendements. Le président de la FIMC, David Toledano, recourt à la métaphore «des cascades de taxes» pour s’exprimer sur le sujet. Le vœu des opérateurs qu’il représente est «d’assouplir» ou du moins «d’harmoniser» les charges fiscales. Pour les marbriers -comme pour la plupart des membres de la FIMC- la loi 08-01 relative à l’exploitation des carrières leur donne du fil à retordre. Ce texte est l’une des déclinaisons sectorielles de la loi cadre 1-03-59 relative à la protection de l’environnement. Curieusement, plus de cinq ans après sa promulgation, la loi régissant l’exploitation des carrières n’a pas de décret d’application! Les marbriers, notamment, évoquent dans leurs réclamations des «difficultés d’application» de la loi. Zafad en veut pour exemple «la durée d’exploitation qui ne dépasse pas 9 ans». Les autorisations qui «se limiteraient à 4 ans» ne permettent pas, selon lui, d’amortir l’investissement. Car investir dans une carrière coûterait 15 millions de DH. D’autres soucis tracassent les marbriers. Ses porte-paroles dénoncent la «concurrence déloyale» des importations massives d’un marbre dit de «3e choix». Il est d’origine espagnole, italienne ou chinoise. Autant dire que chez les marbriers les priorités se bousculent. Mais pas les candidats à la présidence.


Diagnostic

TOUJOURS d’actualité l’étude menée par Euro Maroc Entreprise. Elle avait démontré que rares sont les marbriers -146 opérateurs- qui peuvent se prévaloir de statut d’entreprise structurée: petite taille, vieille tradition artisane et production destinée au marché local. L’enquête réalisée en 2003 est la seule disponible à ce jour. Ainsi, le Maroc est loin derrière le top ten mondial des pays producteurs de marbre, mené par la Chine. Le Maroc dispose d’une production totale en blocs bruts estimée à 208.000 tonnes, soit 0,38% de la production mondiale. Entre 2001 et 2006, le secteur n’a réalisé que quelque 74 millions de DH de chiffre d’affaires, selon le CMPE.Faiçal FAQUIHI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc