×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    MAN: Possible rapprochement avec Scania

    Par L'Economiste | Edition N°:2354 Le 05/09/2006 | Partager

    . Le conglomérat allemand veut s’aligner sur ses concurrents Volvo et Daimler-ChryslerLe conglomérat allemand MAN veut multiplier par trois ses ventes de poids lourds pour lutter enfin à armes égales avec les leaders du secteur. Une ambition qui pourrait passer par des acquisitions, affirme son patron lundi 4 septembre dans une interview au Financial Times. «Nous estimons qu’il est important pour nous de grossir», explique Hakan Samuelsson. Les grands concurrents de MAN, Volvo et Daimler Chrysler sont les seuls à avoir désormais la taille leur permettant de faire les économies d’échelle nécessaires, estime-t-il. Ils ont vendu tous les deux plus de 200.000 véhicules l’an dernier, contre 75.000 environ pour MAN. Conglomérat à l’activité très diversifiée, MAN s’est recentré ces dernières années sur trois piliers: les moteurs diesels, les turbines et surtout les camions, aujourd’hui son principal moteur de croissance. Dans ce secteur, les analystes financiers spéculent depuis plusieurs années sur un intérêt du groupe allemand pour plusieurs acteurs. Les noms d’Iveco, filiale de Fiat, est évoqué, tout comme celui de l’américain Navistar avec qui MAN a déjà des accords de coopération. L’hypothèse la plus sérieuse toutefois est celle d’un rapprochement avec le très rentable fabricant de poids lourds suédois Scania, où Hakan Samuelsson a fait ses classes. Interrogé sur ce point, le patron de MAN reconnaît : «Vous ne pouvez écarter aucune option. Il n’y en a pas beaucoup de toute façon». Lors de la dernière grande phase de consolidation du secteur, il y a sept ans, Scania avait failli tomber dans l’escarcelle de Volvo, mais l’opération avait été bloquée par la Commission européenne pour des raisons de concurrence. MAN avait quant à lui discuté avec Fiat et Volkswagen, pour une fusion de leurs véhicules utilitaires. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc