×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Immigration: Les pays européens resserrent les rangs

    Par L'Economiste | Edition N°:2354 Le 05/09/2006 | Partager

    . Une réunion à Madrid est prévue pour fin septembre Une réunion ministérielle de huit pays du sud de l’Europe sera organisée «d’ici la fin du mois» à Madrid pour examiner les moyens de lutter contre l’immigration clandestine africaine, a déclaré vendredi 31 août le gouvernement espagnol. Les pays concernés sont l’Espagne, la France, l’Italie, le Portugal, la Grèce, Chypre, Malte et la Slovénie. Il s’agira notamment d’élaborer une proposition globale de contrôle des frontières maritimes au sud de l’Europe, qui sera présentée au sommet européen de décembre, a-t-elle précisé. Un total record de près de 20.000 immigrants clandestins subsahariens ont débarqué depuis le début de l’année aux îles Canaries. L’archipel espagnol des Canaries a enregistré durant le week-end un nouveau record absolu de 1.433 émigrants. Madrid souhaite un soutien plus actif de l’Union européenne pour lutter contre ce phénomène migratoire qui touche également l’Italie dans l’île de Lampedusa. Une réunion entre les ministres de l’Intérieur maltais, italien et libyen sur l’immigration clandestine a été d’ailleurs repoussée pour laisser le temps d’étudier l’évolution de la position libyenne sur des patrouilles conjointes en Méditerranée. La Libye s’était montrée ouverte à l’hypothèse de participer à des patrouilles conjointes en Méditerranée, en échange d’une aide européenne au contrôle de ses frontières terrestres. La Libye repoussait jusqu’à présent l’éventualité d’une participation à des patrouilles.Seront examinées à Madrid les questions de patrouille maritime, de surveillance, de sauvetage en mer, d’identification et de rapatriement des immigrés. Madrid est mécontent du peu de soutien apporté jusqu’à présent par Bruxelles et du manque d’efficacité de la mission de surveillance au large de l’Afrique de la nouvelle agence européenne de contrôle des frontières (Frontex). Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc