×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
Economie Internationale

L'ouverture du passage Gaza-Cisjordanie reportée

Par L'Economiste | Edition N°:611 Le 07/10/1999 | Partager

· Le Président Bill Clinton programme une rencontre avec le Premier ministre israélien et le chef de l'Autorité palestinienne
· Malgré les attaques militaires au Sud Liban, les Israéliens comptent toujours se retirer de cette région


L'ouverture d'un passage pour les Palestiniens à travers le territoire israélien, pour laquelle un accord devait être signé hier à Jérusalem, interviendra seulement la semaine prochaine. Les deux parties sont convenues pour des raisons techniques, et bien que l'accord stipule une ouverture aussitôt après la signature, de reporter cette ouverture jusqu'à la semaine prochaine.
Israéliens et Palestiniens se sont mis d'accord lundi soir sur les modalités de fonctionnement de ce passage, qui reliera le terminal routier d'Erez, dans la bande de Gaza, à la localité de Tarqumiyah, près de hébron (Cisjordanie). Ce compromis a été initialement prévu le 1er octobre par l'accord signé le 5 septembre à Charm Al-Cheikh en Egypte. Afin d'accélérer le processus de mise en application de l'accord de Charm Al-Cheikh, le Président américain Bill Clinton a invité le Premier ministre israélien et le chef de l'Autorité palestinienne à une rencontre en novembre à Istanbul en marge du sommet de l'OSCE (Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe). Les deux chefs d'Etat ont répondu favorablement à son invitation.
Par ailleurs, affirme la presse israélienne, l'armée de l'Etat hébreu a récemment changé sa tactique militaire dans le Sud du Liban, remplaçant les interventions terrestres par des attaques aériennes pour limiter ses pertes. L'aviation israélienne a effectué au cours du dernier mois une centaine de raids aériens dans le Sud Liban, le nombre le plus élevé depuis l'opération "Raisins de la colère" d'avril 1996. Malgré ces attaques, M. Ehud Barak a réaffirmé sa position quant au retrait militaire du Sud Liban d'ici juillet prochain.

Hicham RAÏQ (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc