×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    L'ONPT en course vers la numérisation

    Par L'Economiste | Edition N°:13 Le 23/01/1992 | Partager

    Depuis 1984, date de sa création, l'Office National des Postes et Télécommunications essaie de s'adapter aux exigences de développement. Il a connu plusieurs restructurations, une en 1987, l'autre en 1991, et probablement le processus n'est qu'à ses débuts. Aussi l'ONPT offre plusieurs nouveaux services, tels que le réseau de transmission de données Maghripac, du fait de la généralisation de la technique de numérisation, ou la radiotéléphonie mobile.


    UN indicateur significatif du progrès réalisé au niveau des télécommunications serait le taux de satisfaction de la demande téléphonique. Ce taux représente un rapport entre le nombre des abonnés raccordés et la demande totale en lignes téléphoniques, laquelle comprend les abonnés raccordés et ceux en instance de raccordement.
    Le taux de satisfaction de la demande téléphonique est de 74% à fin 1991, en augmentation de 6% par rapport à 1990. Il est à rappeler que ce taux n'était que de 58% en 1988.
    Un service nouveau présenté par l'ONPT depuis 1987 est la radiotéléphonie mobile. Le nombre des abonnés en radiotéléphonie mobile a été multiplié par 15 entre 1988 et 1991.
    En effet ce nombre est passé de 100 en 1988 à 1.500 en 1991. Cette croissance rapide peut être interprétée comme un phénomène de société ou une exigence de développement. Les équipements s'élevant à 1.600 en 1987 sont restés stables jusqu'à aujourd'hui. Sous l'hypothèse du maintien de la demande, l'ONPT devra fournir un effort d'équipement pour ce produit.

    L'informatique au service des télécommunications


    Le développement des nouveaux produits de télécommunication est rendu possible grâce au progrès réalisé dans l'informatique. En effet, les ordinateurs intégrant les fonctions de transmission de données et de communication peuvent offrir une variété de services jusqu'alors inégalée. Les centraux ne font plus simplement de la communication, ils peuvent en outre stocker, traiter, rechercher l'information et partager les ressources.
    L'ONPT a ainsi élargi sa gamme de services en mettant en place un réseau national de transmission de données dénommé Maghripac et offre le service Vidéotex. Ces systèmes de communication permettent aux utilisateurs un accès rapide à l'information. Ainsi la technique numérique est venue remplacer la technique analogique (1). Le taux de numérisation des centraux téléphoniques est passé de 70% en 1990 à 77% à fin 1991. Le taux de numérisation des équipements de transmission est quant à lui, de 67% en fin 1991.

    Les technologies utilisées en transmission sont les câbles à fibre optique, les câbles coaxiaus numériques, les faisceaux hertziens numériques, et les satellites de télécommunication Arabsat et Intelsat. Celles utilisées pour les centraux téléphoniques numériques sont de trois types, E10B, Axée10, et enfin DMS100.
    Le nombre d'abonnés en passant depuis 1988 de 286.000 à 497.000 en 1991 a augmenté de 73%. L'é-quipement en lignes téléphoniques a connu une hausse de 102% en passant de 334.000 lignes potentielles en 1988 à 675.000 en 1991. IL est prévu d'autre part pour 1994 une augmentation de 85,1% du nombre des abonnés et 60,8% des lignes potentielles.
    M.Ahizoun, Directeur Général des télécommunications estime que «l'ONPT est en phase de croissance caractérisée par la modernisation, l'expansion et la diversification dans le secteur des télécommunications et en conséquence, la satisfaction massive de la demande, la recherche et l'adoption de services nouveaux.»
    L'abaissement continuel des coûts de production dû aux technologies nouvelles et aux économies d'échelle a mis à la portée du Maroc des services dernier cri, la télécopie, la transmission de données, la télécon-férence et la visioconférence.

    La Banque Mondiale a déjà agréé l'ensemble du programme des télécommunications marocain, un prêt de 125 millions de Dollars américains a été débloqué. Les études sont actuellement en cours pour le déblocage d'une deuxième tranche.
    En vue de développer l'industrie nationale et afin d'inciter les entrepreneurs marocains et étrangers à investir dans les télécommunications, «l'ONPT s'efforce de leur fournir toute l'assistance nécessaire en réduisant les contraintes administratives qui, par le passé, ont constitué des obstacles à franchir» affirme M.Ahizoun. En effet, le nombre d'entreprises agréées est passé d'une dizaine en 1983 à plus de 50 aujourd'hui.
    Ainsi nous avons assisté à l'installation au Maroc des filiales d'Alcatel, de Bell Canada. Alcatel CIT prévoit même l'installation d'un centre technico-industriel à Salé.
    Les principaux pays fournisseurs de l'office en équipements de transmission et des centraux téléphoniques sont principalement le Canada, la France, la Suède, et le Japon.

    Restructuration de l'ONPT


    Dès sa création en 1984, l'office a confié l'étude de son réorganisation à deux cabinets spécialisés en organisation, Semametra et Sofrecom. Il fallait en effet passer d'une structure ministérielle à une structure d'office géré de manière autonome. Ce cabinet a alors conseillé une restructuration qui prévilégie la production, le commercial et la qualité du service.
    La restructuration de l'office s'est alors faite en deux étapes. En 1988 elle a concerné la décentra-lisation par la création de directions régionales de production télécommunication.
    En 1991, la seconde étape a concerné le renforcement de la décentralisation pour rapprocher la décision de son lieu d'application, et l'accord à chaque entité télécommunication et poste et télécommunication la maîtrise des moyens d'action, humains, logistiques et matériels.

    Laïla TRIKI.

    (1) La numérisation est la représentation d'informations ou grandeurs physiques au moyen de signaux à valeurs discrètes constituées d'une série de 0 et de 1 (bits).
    La technique numérique offre entre autres l'avantage d'une meilleure précision de l'information transmise et la transmission de volume d'informations plus important.
    La technique analogique consiste à traiter ou à transmettre des données sous forme de variation continue d'une grandeur physique.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc