×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Les langues, le sujet qui fâche tout le monde

    Par L'Economiste | Edition N°:756 Le 27/04/2000 | Partager

    . Question sensible, l'enseignement des langues bénéficie d'un schéma innovant dans la réforme

    . L'arabe sera rénové et renforcé et l'enseignement ouvert sur
    les langues étrangères



    C'est sans conteste la question des langues qui semble le plus soulever les passions. Pas une réunion sur la réforme de l'enseignement sans que l'aspect linguistique ne refasse surface, sur fonds de polémique. Comme le rappelle d'ailleurs M. Mohamed Berdouzi dans son livre «Rénover l'enseignement: De la Charte aux actes», il s'agit d'un débat culturellement et idéologiquement très chargé sur la question de cet enseignement.
    Néanmoins, ces polémiques n'empêchent pas que la question des langues soit un paramètre central de la crise de l'école marocaine. Elle est à l'origine en grande part des dysfonctionnements de l'enseignement. Si les patrons d'entreprises peuvent fermer les yeux sur le contenu de la formation, pensant qu'ils peuvent la compléter, ils restent intransigeants sur les faiblesses de communication et d'expression des chercheurs d'emploi.
    Les différents constats établis révèlent une arabisation mal menée, des diplômés des filières arabisées ayant de faibles chances d'accès à l'emploi, un enseignement en français dispensé par des professeurs de moins en moins qualifiés, eux-mêmes formés par des formateurs de moins en moins compétents.
    Aussi, la réforme de la COSEF veut-elle revaloriser l'enseignement de la langue arabe qui sera à la fois rénové et renforcé. Ainsi, à partir de la rentrée scolaire 2000-2001, une académie de la langue arabe sera créée. Son rôle sera de planifier et de mettre en oeuvre ce projet et d'assurer son évaluation continue.
    Concrètement, c'est avec cette langue que l'enfant entamera ses premiers cours. A l'âge de 8 ans, soit après 3 années de scolarité, il doit pouvoir la maîtriser aussi bien à l'écrit qu'à l'oral.
    Outre la langue arabe, le Tamazight figure en bonne place dans les nouvelles orientations. Les autorités pédagogiques régionales pourront choisir l'utilisation de cette langue ou tout autre dialecte local. Cette introduction vise à faciliter l'apprentissage de la langue officielle au préscolaire et au premier cycle de l'école primaire. Pour ce qui est de l'université, la rentrée 2000-2001 verra la création de structures de recherche et de développement linguistique et culturel amazigh. S'y ajoutent des formations des formateurs et de développement de programmes et de curricula scolaires.
    Au programme aussi, une plus grande ouverture sur les langues étrangères. Ainsi, l'apprentissage de la première langue étrangère sera introduit dès la deuxième année du premier cycle de l'école primaire à l'âge de 7 ans environ.
    La seconde langue étrangère fera son apparition dès la cinquième année de l'école primaire (l'âge de 10 ans). Elle sera là aussi basée sur la familiarisation orale et phonétique.


    Un plan de développement des langues étrangères

    A partir de juin prochain, ce plan décennal verra le jour. Il devra permettre la constitution d'un corps de formation de formateurs, le recrutement et la formation des maîtres ainsi que l'approfondissement de la formation des enseignants en exercice, notamment à travers le recyclage et l'élaboration des méthodes pédagogiques. Le plan devra également prévoir la mise au point de tests d'évaluation nationale, d'échéanciers de réalisation et de moyens financiers à mettre en oeuvre.

    Malika EL JOUHARI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc