×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Les facilités de caisse sont très sélectives

Par L'Economiste | Edition N°:602 Le 24/09/1999 | Partager

· Les taux d'intérêt n'ont d'effets significatifs que sur les moyen et long termes
· C'est un outil de marketing à utiliser avec beaucoup de modération


Plusieurs particuliers et même professionnels comptent sur la facilité de caisse pour arrondir leurs fins de mois. "C'est devenu un bon moyen pour faire face aux dépenses imprévues", soulignent quelques-uns qui en bénéficient. "Sauf que la facilité de caisse devient une drogue dont on ne peut plus se passer. De plus, tout le monde n'y a pas accès et le compte doit être mensuellement alimenté, faute de quoi on n'en bénéficie plus. Alors que faire quand on s'y est habitué?", se demandent les accros de ce produit.
En effet, tous les clients des banques ne peuvent pas disposer d'une facilité de caisse. Celle-ci est octroyée aux clients les plus fiables. Souvent, elle fait partie d'un package. "Nous ne pouvons pas la commercialiser à part, car ce serait promettre au client un produit dont il ne peut bénéficier s'il ne répond pas aux conditions exigées", explique Mme Wafaâ Guessous, directeur déléguée à la BCM.
En effet, pour disposer d'une facilité de caisse, la banque exige un suivi régulier du compte du bénéficiaire et une domiciliation de ses revenus, sachant que le compte doit être crédité à chaque fin de mois. Pour M. Driss Maghraoui, responsable du Département Marché de Clientèle des Particuliers à BMCE-Bank, l'octroi de la facilité de caisse est plutôt laissé à l'appréciation du réseau des agences. "Actuellement, les banques n'ont pas encore en général recours à la téchnologie de grille de scores pour accorder les facilités de caisse", explique-t-il en précisant que le nombre de facilités de caisse accordées par les banques est encore faible.
Mais bien que la facilité de caisse soit proposée par presque tout le système bancaire, elle n'est pas aussi développée qu'elle en a l'air.
D'ailleurs, pour les particuliers, cela n'a commencé à se développer que ces dernières années. De plus, cette activité échappe aux sociétés de crédit à la consommation, puisque celles-ci ne disposent pas, par définition même, de comptes bancaires. Or, la facilité de caisse est directement rattachée au compte bancaire.

Des agios mensuels


Les banques ne disposent pas de garanties réelles sur les facilités de caisse accordées aux particuliers. La seule garantie qu'elles peuvent avoir est le suivi régulier du compte du client. "D'ailleurs, cette catégorie de facilités porte sur des sommes assez faibles. Même si le client disparaît sans rembourser, les frais engagés pour le poursuivre risquent parfois de dépasser, en termes de montant, le niveau de la somme non remboursée", s'accordent à dire quelques banquiers.
Pour les entreprises, les banques exigent des garanties réelles, en raison de l'importance des sommes mises en jeu. "La banque base sa décision sur la capacité entrepreneuriale du dirigeant", indique M. Mohamed Larbi Rekiouak, directeur de la Division du Marché des Particuliers et des Professionnels à la Banque Centrale Populaire.
Mais si, pour le particulier, la facilité de caisse dépend du revenu, elle est fonction, entre autres, du chiffre d'affaires pour les entreprises. Ainsi, aussi bien les premiers que les seconds ne pourraient l'utiliser comme un substitut au crédit à moyen terme. Cette situation s'explique par le fait que le montant de la facilité de caisse est en général inférieur au revenu mensuel net pour les particuliers et au chiffre d'affaires pour les entreprises. En revanche, le crédit à moyen terme, qui met en jeu des montants importants, est remboursable sur une période plus longue.

Renouvellement annuel


La facilité de caisse est annuellement renouvelable pour les entreprises sous réserve de reconstituer le dossier juridique. Pour les particuliers, la procédure est plus simple.
Interrogés sur le fait d'utiliser la facilité de caisse comme un outil de marketing pour acquérir plus de parts de marchés, les banquiers répondent par l'affirmative. "Néanmoins, c'est un élément à utiliser avec beaucoup de modération", précisent-ils en ajoutant que c'est aussi un élément de fidélisation des clients.
S'agissant des taux, ils dépendent en général du risque que présente le client. En effet, le taux est constitué du taux de base bancaire et de la prime de risque. C'est bien ce dernier élément qui varie d'un client à un autre et ce, selon le risque qu'il présente, d'une part et les rapports de forces entre les deux parties, d'autre part.
"De toute manière, aux taux actuels, les agios mensuels ne peuvent pas dépasser 20 DH pour une facilité de 3.000 DH sur 15 jours, par exemple", explique M. Maghraoui.
En effet, les taux ne pèsent sur la somme empruntée que sur les moyen et long terme.

Rafik IKRAM

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc