×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Les Ciments de l'Oriental se tourne vers la région Centre

Par L'Economiste | Edition N°:711 Le 24/02/2000 | Partager


· La filiale d'Holderbank a initié à Settat un projet estimé à 1 milliard de DH
· D'autres sources de combustibles sont utilisées pour réduire les coûts


Les ciments de l'Oriental (CIOR) a fini 1999 sur une faible progression de 0,7% par rapport à 1998. A fin décembre 1999, cette cimenterie a vendu 1,56 millions de tonnes contre 1,55 à la fin de 1998.
Le comportement des ventes de la CIOR a été différent selon les régions où cette dernière est implantée. Dans la région d'Oujda, terrain de prédilection de la CIOR, les ventes ont stagné avec une petite chute de 0,4%.
La plus forte baisse a été enregistrée dans l'usine de Fès avec moins de 4,2%. Selon les responsables, Cette baisse est due à deux mouvements de grève en juin et décembre. A l'origine de ces grèves, la sous-traitance de l'exploitation de la carrière de ce centre lancé par la CIOR.
Les ventes de la région Casablanca-Rabat, la plus consommatrice, anticipent une assez bonne croissance. Elles ont réalisé une hausse de 3,6% par rapport à 1998. C'est Rabat qui a réalisé le meilleur score avec une progression de 7%.
Dans la région du Nord, la CIOR commence à percer. Le centre de Nador qui a démarré en juin dernier a vendu 35.000 tonnes jusqu'à fin 1999. Cette usine, dont la construction a coûté 90 millions de DH, a été réalisée par une filiale de la CIOR, les Liants de la Méditerranée (LIMED). L'unité de Nador traite aussi tous les flux d'importation pour la CIOR, essentiellement les flux du Petcok (coke du pétrole).
Pour conforter sa position dans la région du centre, la filiale d'Holderbank a lancé un projet d'implantation à Settat. Ce projet se fera selon deux étapes. La première prévoit la construction d'un broyeur d'une capacité de 566.000 tonnes. Sa mise en service et prévu pour 2001. Selon M. Abdeljalil El Hassani, secrétaire général de la CIOR, le coût global du projet devrait atteindre près d'un milliard de DH dont 200 millions seront réservés à la construction du broyeur. La capacité à terme devra atteindre un 1 million de tonnes. Le centre de Settat devra s'agrandir en fonction du marché. Il devra être construit par une filiale à 100% de la CIOR, qui vient d'être crée, dénommée Atlacim.
A travers son unité d'ensachage d'Aïn Sebaâ, la CIOR assure l'approvisionnement de plus de 25% du marché de Casablanca, mais le ciment est acheminé à partir de son usine de l'Oriental. C'est pour pallier cette contrainte logistique que la CIOR a décidé de renforcer sa capacité de production en construisant l'usine de Settat.
Mais là où la CIOR compte s'investir le plus, c'est dans la réduction du coup de l'énergie via la recherche de nouveaux combustibles. La cimenterie compte d'ailleurs lancer une structure spécialisée chargée de développer les services de valorisation. Premier produit en lice, les pneus déchiquetés. «C'est un excellent combustible qui a fait ses preuves dans les pays étrangers», affirme M. André Haller, directeur Administration et Finances de la CIOR. Pour contrecarrer les effets de ce combustible sur l'environnement, M. Haller assure que son incinération sera faite dans des proportions étudiées et dans des conditions maîtrisées. Les cendres volantes provenant de Jorf Lasfar et les billets de banques non utilisés sont deux autres combustibles à valoriser.
La CIOR s'est également lancée dans la sous-traitance de l'exploitation de ses carrières d'Oujda et de Fès pour recentrer son activité sur ses missions noyaux.


Quatre points de distribution

La Cior dispose de quatre points de distribution du ciment gris: Oujda (cimenterie intégrée), Fès (un centre de broyage à Doukkarat et une cimenterie intégrée à Ras Al Maa), Casablanca (centre d'ensachage) et Nador (centre de broyage). La société les Ciments de l'Oriental a été créée en 1976 pour gérer la cimenterie d'Oujda, entreprise dans le cadre d'une coopération avec l'Algérie. Depuis sa création, la société s'est confrontée à des problèmes d'écoulement de son excédent de production. C'est pour cela qu'elle a entrepris la construction de nouveaux centres dans différentes régions du Royaume.
En 1993, CIOR a été détenu par le groupe suisse Holderbank. Ce groupe emploie près de 36.000 personnes à travers le monde et dispose d'une capacité globale de production de ciment de 57 millions de tonnes par an.

Nadia LAMLILI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc