×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
Economie

Les caisses de la BEI sont vides

Par L'Economiste | Edition N°:2160 Le 29/11/2005 | Partager

. La banque a déjà épuisé toute sa dotation européenne au titre de l’exercice 2000-2006. Elle fonctionne maintenant sur ses fonds propresUn jour, il y aura les citoyens de la Méditerranée, la Banque de la Méditerranée et, pourquoi pas, le drapeau de la Méditerranée. Pour souffler la dixième bougie du sommet de Barcelone, on se permet les rêves les plus fous. Et comment ne pas rêver? 10 ans, c’est l’âge où l’espoir reste la principale consolation quand les choses n’avancent pas comme il faut ou, en tout cas, pas dans le bon sens. Mais à la Banque européenne d’investissement (BEI), ces rêves-là ne sont pas des chimères. Bien au contraire. Les résultats financiers confirment une nette augmentation de son activité dans le développement économique de la Méditerranée. A tel point que l’institution demande aux patrons de Bruxelles un doublement de sa capacité de prêt au titre du futur budget européen 2007-2013. Et pour cause, les 6,5 milliards d’euros qui lui ont été accordés dans le budget en cours (2000-2006) ont été tous dépensés. La banque n’a plus de dotation européenne pour financer les projets de l’année 2006. Pour boucher le trou financier, elle compte recourir à ses fonds propres, ce qui représentera quand même 1,5 milliard d’euros (hors Turquie). Mais ce n’est là qu’une solution intermédiaire. «Il faut doubler la capacité de prêt de la banque pour pouvoir répondre à toutes les demandes de la Méditerranée», soutient Philippe de Fontaine, vice-président de la BEI en charge de la Femip, fonds créé en 2002 pour aider à la promotion de l’économie du Sud et dont les avoirs représentent déjà les deux tiers des flux financiers de l’UE vers le sud de la Méditerranée. C’est en tout cas la principale revendication économique qui a été soumise aux chefs d’Etat lors du sommet de Barcelone.Chaque année, la BEI engage 1,5 milliard d’euros dans ses projets de développement. Sur les six ans que couvrent le budget européen, il faut donc au moins 10 milliards d’euros pour pouvoir répondre aux demandes d’investissement. Et encore! Cette somme ne concerne que l’activité des prêts. Il faut aussi ajouter 1 milliard d’euros pour les deux autres métiers: le capital-risque et l’assistance technique. Au total, 200 millions d’euros ont été engagés dans des entreprises depuis 2003. Ce qui reste insuffisant par rapport aux attentes. Il faut savoir que l’écart du pouvoir d’achat entre le Nord et le Sud est de 1 à 10. Réduire les inégalités, l’Europe ne peut pas demander mieux. Mais les engagements financiers ne suivent pas. C’est pourquoi, l’adoption ou non de la demande de la BEI en terme d’augmentation de l’effort de prêt sera un signal politique déterminant pour le poids de la Méditerranée dans l’avenir de l’Europe. Ce sera aussi un signal pour la diversification des outils de financement.


Trust found

Pour dynamiser ses nouveaux métiers, la banque a créé un fonds spécial pour recevoir des dons de pays européens. Dans ce «trust found», il y a actuellement 33,5 millions d’euros dont le tiers provient de l’Espagne. Ce qui s’explique par la proximité géographique et les relations économiques privilégiées avec certains pays du Sud. Mais en tout cas, ce fonds reste intéressant pour des pays européens comme la Finlande qui n’ont pas de bras financiers actifs à l’image de la KFW de l’Allemagne et l’AFD de la France. N.L.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc