×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Les bonnes affaires du golf

Par L'Economiste | Edition N°:1739 Le 02/04/2004 | Partager

. Dans le tourisme, c'est la niche la moins sensible aux conjonctures internationales… . Plus de 6.000 familles au moins vivent directement du golf et plusieurs établissements hôteliersL'économie qui gravite autour du golf peut devenir une mine d'or pour l'industrie touristique. Pour peu que l'on professionnalise son approche commerciale et marketing bien entendu. “Le golf constitue le premier tourisme de niche, après le tourisme de masse”, estime Kamal Bensouda, président du Conseil du tourisme de Marrakech, qui dispose de 3 terrains de 19 trous et qui est l'une des trois premières destinations de ce tourisme.D'après certaines estimations (car point de statistiques officielles), le Maroc attire annuellement quelque 150.000 golfeurs. Un chiffre calculé sur la base du nombre de Green Fee loués annuellement et qui sont de 700.000. Un Green Fee est tout simplement un droit de passage (400 DH environ) payé par le golfeur non adhérent à un club pour utiliser un parcours. En Europe, ce droit de passage est d'environ 70 euros.D'après les spécialistes, un golfeur représente cinq fois la recette annuelle d'un touriste “classique” qui a acheté un forfait auprès des tour-opérateurs. Par séjour, la dépense moyenne d'un golfeur est comprise au bas mot entre 1.500 à 2.000 euros, confie Kamil Kholti, conseiller technique du deuxième World Zénith Challenge, organisé le week-end dernier à Marrakech par RAM et le Golf Palmeraie Palace.Un petit calcul de ces dépenses, rapportées au nombre de golfeurs visitant à l'année les clubs marocains, donne pas moins de 2,5 milliards de DH de recettes annuelles, soit 10% des recettes annuelles du tourisme, qui peuvent être facilement portées à 20%, estime-t-on. “Sachant qu'un golfeur amateur fait au moins trois voyages golfiques et désire essayer tous les parcours dans les environs”, insiste Kholti.. 7.000 licenciés au MarocUne aubaine pour les professionnels qui investissent aujourd'hui à fond cette niche. Les grandes agences de voyages possèdent pratiquement toutes une structure dédiée au golf, de même que les hôtels de luxe comme à Marrakech ou El Jadida qui mettent à profit leurs infrastructures golfiques.Car, outre les recettes, c'est le tourisme qui réalise le plus grand nombre de nuitées, en moyenne 6 nuits. Ce n'est pas pour rien que le plan Azur prévoit la construction de deux golfs pour chaque projet. Rien qu'en Europe, l'on compte quelque 13 millions de golfeurs, et dans le monde pas moins de 100 millions. Le Maroc, qui a l'atout d'être un pays géographique proche d'un important pourvoyeur de golfeurs, dispose aussi d'avantages concurrentiels. “Les packages au Maroc sont à 5 fois moins chers, et l'enjeu sur lequel l'on peut fortement jouer est que la haute saison marocaine en novembre coïncide avec la fermeture de plusieurs greens en Europe à cause de la pluie”, souligne Hicham Berrada, du PGP. Pour le président de la Fédération du tourisme, Jalil Benabbas Taarji, toutes les parties concernées par le golf gagneraient à véhiculer un message institutionnel pour faire de la promotion du golf, en été, en se focalisant sur les prix qui sont très attractifs par rapport aux pays voisins.“Relancer la candidature du Maroc pour accueillir le congrès mondial des golfeurs IAGTO pourrait certainement donner un sérieux coup de pouce à ce tourisme de golf”. Pour sa part, le transporteur national a placé le golf au cœur de sa stratégie. “Et le World Zénith Challenge est un des leviers du développement de cette stratégie”, indique Zouhair El Oufir, directeur du marché Maroc à la compagnie. Au Maroc, il y a au total 7.000 licenciés recensés par la Fédération nationale de golf, dont la moitié est inactive, répartie sur les 17 clubs existants (publics et commerciaux). Le plus grand nombre de licenciés proviennent des clubs de Casablanca et Benslimane. La demande est forte dans la métropole économique où son club est submergé. Les terrains de Settat et El Jadida sont mieux lotis à ce niveau. Pour des responsables de la Fédération, plus il y a de clubs et de terrains, plus la destination et ce sport seront prisés. Le facteur prix n'est plus un frein, bien que ce sport reste celui d'une catégorie sociale aisée. Un Green Fee à 200 DH pour les licenciés, un caddy à 100 DH, une voiturette à 300 DH… ne sont pas vraiment à la portée de tous. “Les prix ont baissé et l'accès est devenu plus ouvert pour encourager plus d'amateurs au golf. Reste à attirer la jeunesse”.Le Royal Golf de Marrakech, à titre d'exemple, propose des forfaits de Green Fee de 7 jours à 1.500 DH en plus de packages de stages d'initiation, selon le nombre de jours.Revers de la médaille, le golf a souvent été accusé d'être une source de gaspillage d'eau. D'après Kholti, ces critiques sont à relativiser dans la mesure où l'arrosage automatique (pour arroser de nuit et rationaliser donc l'utilisation des eaux) a résolu ce problème. Par ailleurs, continue ce membre de la Fédération, les clubs vont aller vers des systèmes de récupération d'eau grâce au traitement des eaux usées. Celui de Mohammédia a déjà entamé ce chantier en investissant près de 10 millions de DH.


L'usine qu'on ne voit pas qui vit autour du club de golf?

D'abord son promoteur, c'est un fait. Un club emploie à peu près 300 personnes, entre jardiniers, caddys et autre personnel d'entretiens et de restaurations. Ce qui nous ramène à quelque 6.000 familles qui vivent du golf dans tout le Maroc au moins.En moyenne, un club emploie une centaine de caddys, déclarés et bénéficiant d'une couverture sociale. Ils ne perçoivent pas de salaires du club dans la majorité des cas, mais sont payés directement par les golfeurs. Le tarif pour un caddy est à 100 DH pour un 18 trous (80 DH au Royal Golf de Marrakech) et beaucoup plus selon la générosité du golfeur. Dans une journée, un 18 trous peut accueillir 280 golfeurs (donc de Green Fee).Le tarif pour une demi-heure avec un moniteur diplômé de la Fédération (une centaine au Maroc) sont de 100 à 150 DH. Dans un club, il a aussi la location des voiturettes (300 DH), des clubs… et autres prestations. Autant dire de bonnes affaires…


Le World Zénith

LE week-end dernier, le 2e World Zénith Challenge a mis en prise 200 golfeurs lors d'un tournois organisé par Royal Air Maroc Palmeraie Golf Palace et Fédération royale marocaine de golf sont les parrains du trophée Golf World Zénith. Les participants ont représenté huit pays: la France, l'Italie, l'Espagne, la Belgique, l'Allemagne, la Hollande, la Suisse et le Maroc. Les qualifications pour cette phase finale du Zénith Challenge ont été tenus en janvier dernier, pour ce qui est des résidents au Maroc. Quant aux finalistes en provenance d'Europe, ils s'étaient qualifiés après avoir disputé des tournois organisés par les représentations de RAM dans les pays européens.Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc