×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Le sommet Afrique-France se déroulera en mai

    Par L'Economiste | Edition N°:3171 Le 16/12/2009 | Partager

    . Il aura lieu en France pour éviter une présence de Béchir. L’année de l’Afrique en 2010LE sommet Afrique-France, programmé en Egypte, se tiendra en France, a priori en mai. C’est pour éviter une présence du président soudanais Omar el-Béchir, visé par un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale, a déclaré hier mardi le secrétaire d’Etat français à la Coopération, Alain Joyandet. Pour le 50e anniversaire des indépendances, «2010 en France, ce sera l’année de l’Afrique, avec le défilé du 14 juillet pour lequel 14 présidents africains des anciennes colonies sont invités et auquel sont associés un certain nombre de régiments africains», a ajouté Joyandet.Le déplacement en France du sommet, initialement prévu en février à Charm el-Cheikh, sur la mer Rouge, avait été évoqué au préalable par le chef de la diplomatie égyptienne Ahmed Aboul Gheit. «L’idée est désormais de tenir ce sommet et la réunion ministérielle qui le précède en France», afin d’éviter d’avoir à inviter le président Omar el-Béchir, a-t-il dit. Ce sujet avait été abordé lundi dernier entre le président français Nicolas Sarkozy et son homologue égyptien Hosni Moubarak, lors d’une visite de ce dernier à Paris. L’Elysée a confirmé mardi sans autre précision que le sommet se tiendra en mai en France. La possible présence du président soudanais, poursuivi par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre et contre l’humanité au Darfour, avait tourné au casse-tête diplomatique entre Paris et le Caire au cours des derniers mois. L’Egypte avait fait savoir qu’elle ne pouvait pas ne pas inviter Béchir, l’un de ses alliés dans la région. Paris, l’un des plus fermes soutiens de la CPI sur la scène internationale, ne pouvait en revanche accepter sa présence à cette traditionnelle grand-messe des relations franco-africaines. Ces derniers mois, Nicolas Sarkozy a exhorté à de nombreuses reprises le président soudanais à changer sa politique au Darfour, à coopérer au règlement du conflit et à se débarrasser de ses ministres accusés de génocide, en échange d’une suspension de la procédure le visant engagée par le CPI. Le dernier sommet Afrique-France avait eu lieu en 2007 à Cannes.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc