×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Le secteur public en grève

Par L'Economiste | Edition N°:290 Le 24/07/1997 | Partager

Le secteur de la santé publique a entamé mardi 22 juillet une grève de 72 heures à l'appel de l'UMT (Union Marocaine du Travail), de l'UGTM (Union Générale des Travailleurs Marocains) et de la CDT (Confédération Démocratique du Travail). Les trois centrales syndicales réclament, notamment, la révision du statut des médecins de la Santé Publique, la promotion interne du personnel paramédical et administratif et l'instauration de statuts pour les CHU Ibn Rochd, Avicennes et l'Institut Pasteur. «Depuis la signature de l'accord tripartite, dans le cadre du dialogue social, au mois d'août dernier, une trentaine de réunions ont eu lieu sans que l'on n'ait décelé la moindre avancée sur le dossier», regrette le Dr Saïd Amid, secrétaire général de la Fédération Nationale de la Santé (FNS), section UMT. A l'appel de la CDT, la secteur de la Santé Publique avait déjà été paralysé par une grève de 48 heures le 25 juin dernier.
En cas de non-acceptation de ses revendications, la FNS se dit aujourd'hui prête à entrer de nouveau en grève générale nationale pour une durée de quatre jours du 29 juillet au 1er août 1997.
D'un commun accord, la CDT et l'UGTM ont par ailleurs appelé à un sit-in dans les hôpitaux du pays, mardi 22 juillet, de 8 à 12 heures. Les deux centrales syndicales avaient programmé pour le mercredi 23 juillet une marche de protestation sur Rabat. Cette marche leur a été refusée par les autorités de la ville.

La révision du statut des médecins de la Fonction Publique représente la principale revendication des syndicats, quoique l'UGTM tient à ce que le dossier santé «soit traité dans sa globalité». Des réunions ont lieu avec les représentants des Ministères de la Santé, des Affaires Administratives et des Finances. Au cours de ces rencontres, il a été question, entre autres, des modalités de recrutement de médecins de la Fonction Publique et de leur régime indemnitaire (traitement de base et indemnités extra-statutaires). «En revanche, la promotion interne du personnel paramédical n'a jamais été discutée», déplore le Dr Khalid Lahlou, secrétaire général de la FNS, section UGTM. Près de 3.800 infirmiers n'auraient pas eu accès à leur promotion «sans compter les agents administratifs dont la situation reste bloquée depuis plusieurs années». D'autres revendications concernent les lauréats de l'Ecole de Cadres «qui continuent d'être recrutés sur la base de l'échelle 9, alors qu'ils ont droit à l'échelle 10».

Mohamed BENABID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc