×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Le déménagement d'entreprises: Une opération rare

Par L'Economiste | Edition N°:90 Le 29/07/1993 | Partager

Le déménagement de la SAFT, opération encore rarissime au Maroc, coûtera 43 millions de DH. Actuellement, l'ensemble de l'outil de production a été transfère dans les nouveaux locaux. L'activité reprendra avant fin 1993.

LA SAFT, Société Africaine de Filature et de Tissage, a cédé ses locaux de Bab Al Had en plein centre ville de Rabat, pour emménager dans la zone industrielle Youssoufia Takaddoum. Elle a déboursé, à ce jour, quelque 28 millions de DH. Ce montant englobe notamment l'acquisition du terrain (1 hectare), les travaux de gros oeuvre, et l'installation du matériel. La société prévoit, en outre, une enveloppe de 15 millions de DH pour les travaux de finition, soit 43 millions de DH entièrement autofinancés.

"Le déménagement doit être vu dans un cadre propre à chaque entre prise, dans un contexte et un environnement qui lui sont spécifiques", explique M. Mohamed Boukdir, directeur général de la SAFT. "Nous avons effectué ce transfert dans le cadre d "une vision globale", poursuit-il . Les anciens locaux de la SAFT occupaient une superficie couverte de 1,5 hectare.

Les nouvelles constructions s'étalent sur 2 hectares couverts. La société ne s'est pas contentée de transférer ses départements d'un endroit à un autre, elle a également procédé à une extension de sa superficie. Cette dernière a été réalisée pour donner "une marge d'évolution". Cette extension vient en sus des 4 départements existants (filature, tissage, teinture et finissage).

Maintenir ou pas le personnel ?

Elle servira donc soit à l'adjonction d'une autre activité, soit à renforcer celle d'un département déjà existant. Elle se cantonne, dans l'immédiat, dans un investissement dans la construction.

S'agissant de l'opération de déménagement proprement dite, le premier problème qui s'est posé à la société est celui du personnel. Ou bien il doit être maintenu en activité, ou bien il doit être indemnisé en cas de congé forcé, pendant le déménagement.

Tant pour des raisons humaines Maintenir que sociales, la SAFT a opté pour le maintien en activité de ses 350 salariés (techniciens et ouvriers de production), tout en recourant à des sociétés spécialisées dans le déménage ment. Le recours à ces sociétés a coûté1,5 million de DH.

Les travaux de construction des bâtiments ont démarré en janvier 1992 et se sont achevés en août de la même année pour le gros-oeuvre. Pendant ce temps la SAFT continuait son activité à Bab Al Had, période qui correspond au début des congés annuels du personnel. La majorité a donc pris le chemin des vacances. M. Boukdir souligne que les techniciens, en particulier ceux du département maintenance, ont été retenus. C'est à ce moment qu'il a été procédé au démontage du parc machines.

Assurance spécial transfert

En septembre, le personnel de production a rejoint les techniciens en vue d'aider au nettoyage des pièces, à la mise en caisse des accessoires et au montage au sein des nouveaux locaux.

Durant ces opérations, l'occasion a donc été saisie pour remettre à neuf les machines. Le département chargé de la maintenance a listé toutes les pièces atteintes par l'usure et procédé à leur remplacement.

S ' agissant de la casse, M. Boukdir indique qu'elle a été très minime et a essentiellement porté sur des pieds de machines...

Pendant le transfert, la société a souscrit à une assurance spéciale pour le transfert qui couvre la valeur du matériel transporté du point de départ à la livraison dans les nouveaux locaux.

Les opérations commerciales laissées en suspens ont été résolues de deux manières:

- pour l'arrêt de la production, la SAFT avait averti ses partenaires six mois à l'avance;

- en outre, elle a décidé de prendre en charge les stocks de sa clientèle au sein de ses locaux.

Une société qui arrête momentanément sa production encourt toujours le risque de perdre une partie de ses clients. Pour réduire ce risque éventuel, la SAFT a fait appel à une société du "groupe" (la SEFITA à Meknès) dont les activités comprennent la production d'articles similaires à ceux de la SAFT, de manière à répondre aux besoins urgents de ses clients. 

Naïma HADER

Carte de visite

Créée en 1928, la SAFT se trouvait loin à l'extérieur de la ville, puis dans les années 60, elle s'est retrouvée en ville et enfin aujourd'hui elle est en plein centre de la capitale administrative. La société avait commencé son activité en fournissant des tissus et des couvertures pour l'Administration, notamment l'armée. Puis la production de la société s'est diversifiée en s'étendant aux tissus d ' ameublement et d ' habillement et, à partir des années 40, au tapis . Entièrement intégrée, la société procède à la filature, au tissage, à la teinture et au finissage. Les 4 départements sont équipés d'un parc d'une centaine de machines et occupent un effectif global de 350 personnes.

La capacité de production du département filature atteint 4 tonnes/jour. Celle du département tissage est de 6.000 mètres linéaires par jour. Les départements teinture et finissage couvrent les besoins de la société.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc