×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Le calvaire du transport en commun à Moulay Yacoub

Par L'Economiste | Edition N°:1980 Le 17/03/2005 | Partager

. Une demande d’autorisation pour le transport mixte bloquée Le constat est amer. La population de la province de Moulay Yacoub se débat dans des difficultés monstres à cause du transport. Enclavement, déscolarisation, prolifération du transport informel, montée en flèche du nombre d’accidents. Tels sont les problèmes qui se posent aujourd’hui avec acuité dans cette province. Tous ses habitants crient au scandale, particulièrement dans les 11 communes visitées dernièrement par le gouverneur, Mohamed Annis. Les autorités locales tiennent à préciser qu’elles ont fait le nécessaire. “Nous avons instruit un dossier au niveau du ministère de l’Equipement et des Transports le 24 février 2004. Un an après, nous attendons toujours malgré nos multiples relances”.  En effet, dès son arrivée à la tête de la province en 2003, Annis avait mis sur pied un dossier important baptisé “Plan du transport rural de la province Moulay Yacoub”. Y figurent notamment les données démographiques, la description du transport rural dans la province et même les lignes proposées pour le transport mixte adapté aux pistes. “Il y avait urgence pour le désenclavement des citoyens, la lutte contre la déscolarisation et le respect de la vie humaine. Il y avait aussi un grand espoir pour que le transport mixte nous soit accordé”, indique Annis. Et d’ajouter qu’il a veillé personnellement sur la préparation d’un document bien ficelé pour définir le besoin et formuler la demande de 24 lignes de transport mixte. En fait, une commission provinciale s’était chargée de l’étude du dossier. Celle-ci avait constaté que l’étendue, l’aspect rural de la province, la dispersion et la mobilité de la population ont rendu difficile le déplacement des citoyens. D’où l’émergence d’un mode de transport de voyageurs non organisé. Il s’agit là des Mercedes 207, 307, les tracteurs ou encore les pick-up ou autres engins qui continuent à prendre la part du lion aussi bien en terme de responsabilités qu’en terme de gravité des accidents (159 accidents en 2004: 24 morts et 132 blessés graves). Selon la note de présentation du Plan du transport rural de la province Moulay Yacoub qui a été envoyée au ministère, ces véhicules présentent de graves dangers pour la circulation. La note réitère par ailleurs qu’en ce qui concerne le transport organisé, le nombre de taxis de première catégorie exploités n’assure que partiellement la desserte des localités du cercle de Moulay Yacoub et de celui de Ouled Jamaâ Lemta. Seuls 33 grands taxis et 4 lignes de bus desservent un total de 150.000 habitants (1.700 km2). Pire encore, 6 communes et 3 caidats sont obligés d’adopter l’horaire continu, durant toute l’année. “A partir de 15H, il n’y a plus de transport pour les fonctionnaires de ces communes. Ils se trouvent donc dans l’obligation de quitter leurs postes bien avant”. Pour ce qui est des élèves, épuisés par une marche quotidienne, ils finissent par l’abandon des cours. Pour l’heure, les autorités de la province se demandent pourquoi le dossier envoyé au ministère en début 2004 et qui était accompagné du Plan du transport rural de la province, du PV de la réunion du comité provincial des transports tenue le 11 décembre 2003, la liste nominative et dossiers des personnes proposées pour l’exploitation des lignes de transport mixte ainsi que du croquis des itinéraires des lignes de transport mixtes, n’a eu aucune suite. “Il s’agit de la vie des gens. Il faut traiter ce genre de dossiers avec plus de célérité ”, conclut Annis. De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc