×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Le béton précontraint fait des adeptes

Par L'Economiste | Edition N°:309 Le 18/12/1997 | Partager

La SADET développe une technique de fabrication de béton précontraint. SINFA, société cliente, assure la promotion de cette technique via un cocktail-chantier. Démarche originale.


LE groupe SINFA édifie dans le cadre de son expansion une nouvelle unité industrielle de fabrication de faisceaux électriques et de câbles pour l'industrie automobile. Il se positionne dans la perspective de la «Paléo», la prochaine voiture économique. Pour ce chantier, il a opté pour la technologie SADET. La principale activité de l'entreprise est de concevoir et de fabriquer les composants en béton préfabriqués: planchers précontraints, dalles alvéolées poutres précontraintes rectangulaires ainsi que des poteaux scope. Cette gamme de produits permet de s'adapter à toutes les situations et de maîtriser l'agencement des espaces et des volumes, est-il indiqué. La fabrication est assistée par ordinateur. Mais auparavant, les produits subissent des tests en laboratoire.
Pour le patron de SINFA, le choix de cette technologie est dicté par deux paramètres essentiels. Le premier a trait à «la qualité industrielle des éléments préfabriqués». Sur ce registre, M. Fouad Akalay, directeur commercial du Groupe SADET, estime qu'«il est inconcevable de trouver des chantiers avec toutes les préparations qui se font sur place. On ne peut donc pas obtenir la qualité industrielle sur un chantier». C'est ainsi que les éléments de structure sont fabriqués en usine par des ouvriers spécialisés.

Le second élément à la base de ce choix est «l'adéquation rapidité d'exécution-coût». Cette technologie a permis de réaliser près de 95% du projet en un temps record, indique un carton d'invitation destiné à partager sur le chantier cette expérience avec les partenaires. A cet effet, a été mise en place une gestion de chantier modèle pour ce type de construction. D'ailleurs, 8.500 mètres carrés ont été réalisés dans un délai jugé record: «3 mois au lieu de 18 pour la réalisation par la méthode traditionnelle». En outre, le temps de coffrage avec la forêt de madriers exige un mois pour une poutre de 20 mètres.
L'entreprise a acquis une expérience dans la construction de bâtiments qui lui a permis en une dizaine d'années de détenir plus de 50% du marché des planchers préfabriqués et de devenir le fournisseur de la majorité des entreprises les plus performantes du pays. Ses références sont nombreuses: Le Mail central à Hay Ryad à Rabat, projet qui occupe une superficie de 33.140 mètres carrés, plusieurs unités industrielles. Les projets en cours: la Cour d'Appel d'Agadir (obtenu), l'étude de 11 ponts pour le compte de la société nationale des Autoroutes Du Maroc pour le projet de l'axe Casablanca-Settat.

«Temps masqué»


La technique du béton précontraint consiste à tendre les aciers avant de couler le béton. Les produits issus des recherches de SADET permettent aujourd'hui de construire donc mieux, plus vite et moins cher qu'avec les solutions classiques. Avec ces produits, le travail se fait en «temps masqué». En fait, derrière ce terme générique, se profile un type d'organisation: préparer en industrie toutes les structures à l'avance. Ce qui fait dire à M. Akalay: «Avec ces méthodes, l'entreprise s'inscrit dans le processus de mise à niveau économique».

En outre, SADET se targue d'être la seule entreprise dans le secteur du bâtiment à disposer d'une Direction Recherche/Développement (R/D). Cette dernière a permis de «mettre au point depuis une dizaine d'années une technologie innovante conçue et réalisée par des ingénieurs marocains», avance M. Akalay. Il met sur le compte de la R/D la mise au point «des éléments en pi», permettant ainsi de commercialiser des couvertures en béton armé pour le prix d'une légère, environ 50% moins cher. Cette «vocation pionnière» de SADET l'avait poussée à investir dans un banc pour pont, moule ayant permis la construction des éléments d'un pont de 18 poutres en 18 jours (études, fabrication, mise en place de l'ouvrage et assistance technique). Cet ouvrage est considéré comme le premier réalisé au Maroc par la technique du béton précontraint avec des poutres conçues en usine. Actuellement, des recherches sont orientées vers la poutrelle économique destinée au x 200.000 logements. Objectif: faire descendre les prix sous la barre des 50 DH. Le plancher économique coûte entre 65 et 70 DH le mètre carré.

Mohamed CHAOUI


  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc