×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

La plus ancienne parure du monde au Maroc

Par L'Economiste | Edition N°:2541 Le 05/06/2007 | Partager

. Une douzaine de mollusques marins perforés découverts dans une grotte à Taforalt (dans l’Oriental) DES chercheurs ont découvert des mollusques marins perforés de type Nassarius, dans la grotte des Pigeons à Taforalt (Maroc oriental), datés de 82.000 ans. Ils sont considérés comme les plus anciens  objets de parure au monde. Ces objets indiquent que les humains ont utilisé des symboles en Afrique, 40.000 ans avant l’Europe. Une telle découverte permet de clore le débat sur l’origine africaine des objets de parure et place l’Afrique du Nord, notamment le Maroc, comme l’un des plus anciens centres de diffusion des premiers objets de parure au monde. Cette découverte, publiée par l’Académie des sciences aux Etats-Unis, confirme, par l’emploi de quatre méthodes de datations différentes, l’âge de 82.000 ans de ces objets de parure. Certains ont été couverts par de l’ocre rouge. Cette date classe la parure de la grotte des Pigeons à Taforalt comme plus ancienne que ce qui a été découvert auparavant en Algérie, Afrique du Sud et Palestine. L’équipe, composée de chercheurs de l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine (Insap), du ministère de la Culture marocain et de l’Université d’Oxford, a bénéficié de plusieurs collaborations nationales et internationales. Une douzaine de mollusques marins perforés ont été découvertes et étudiées par plusieurs spécialistes de l’Insap, du Laboratoire de recherches, d’analyses techniques et scientifiques de la Gendarmerie royale (Larates, Maroc), de l’Université d’Oxford, du Centre national de la recherche scientifique (CNRS, France) et de l’Université nationale de Canberra (Australie), entre autres. Les recherches dans la grotte des Pigeons à Taforalt ont été en partie financées par le Programme thématique d’appui à la recherche scientifique (Protars P32/09) du ministère marocain de l’enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Elles ont également bénéficié de l’appui logistique sur place de l’Association des amis de Taforalt (AAT). L’équipe internationale, dirigée par Abdeljalil Bouzouggar (enseignant-chercheur à l’Insap, Maroc) et Nick Barton (Oxford University, Angleterre), considère cette découverte comme un grand pas dans la compréhension des innovations culturelles et le rôle qu’elles ont jouées dans l’histoire de l’humanité.N.B.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc