×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    La Fondation BMCE initie un projet d'écoles communautaires

    Par L'Economiste | Edition N°:657 Le 10/12/1999 | Partager

    · Le programme consiste en l'implantation de 100 écoles par an en milieu rural sur un horizon de dix ans

    · Les lauréats du concours d'architecture relatif à ce projet sont MM. Chakib Lahrichi, Saïd Mouhcine et Rachid El Andaloussi


    C'est en présence de M. Mohamed El Yazghi, ministre de l'Aménagement du Territoire, de l'Environnement, de l'Urbanisme et de l'Habitat que s'est tenue le 7 décembre au siège de BMCE-Bank à Casablanca, la cérémonie de remise des prix du concours d'architecture relatif aux écoles communautaires. Ce projet, initié par la Fondation BMCE, vise à apporter une contribution à l'effort d'éducation à travers la recherche de formes durables de développement en milieu rural. Le 1er prix (200.000 DH) a été décerné à M. Chakib Lahrichi, le 2ème (150.000 DH) est revenu à M. Saïd Mouhcine et le 3ème (100.000) à M. Rachid El Andaloussi. Quant au prix étranger, il a été décerné à M. Ronald Cecil Sportes. A signaler qu'au départ, 40 architectes avaient retiré le dossier après l'appel d'offres, mais uniquement 14 se sont portés candidats. Ces architectes devaient réfléchir sur des méthodes de travail novatrices, prenant en compte un certain nombre d'objectifs dont notamment celui d'impliquer étroitement les populations locales dans le projet. Ils avaient aussi pour contrainte de prévoir le recours prioritaire aux ressources humaines et matérielles disponibles sur chaque site concerné. Aussi se souciaient-ils de la formation sur place des maçons dans les techniques améliorées de construction en matériaux localement utilisés et la valorisation du patrimoine architectural régional.

    Deux étapes pour commencer


    L'engagement de la Fondation BMCE en faveur de l'éducation et de l'environnement a été explicitement formulé par la voix de son président, M. Othman Benjelloun lors du Forum Méditerranéen pour le Développement tenu à Marrakech en septembre 1998. C'est dans cet esprit qu'un projet d'implantation de 100 écoles communautaires par an sur un horizon de dix ans, en milieu rural, a été initié. Dans une première phase (1999-2001), la Fondation devra concentrer son action sur quatre régions. Il s'agit de Tanger-Tétouan, de Marrakech-El Haouz, du Souss-Massa-Draâ et de l'Oriental. La seconde phase du projet couvrira la période 2002-2004.

    Agencement de l'espace


    Pour réussir cette opération dont le coût est gardé secret, la Fondation a défini les critères d'implantation des écoles. Le mode de décision retenu correspond à la volonté "d'éviter toute incohérence avec le réseau éducatif déjà en place". Chaque école communautaire sera ainsi bâti sur un espace d'au moins 2.500 m2 situé auprès des lieux de vie des communautés villageoises. Les douars les plus démunis, dont les habitants auront manifesté la volonté de s'investir sur le long terme dans ce projet, seront choisis de manière prioritaire. Le programme minimal de construction de chaque école communautaire prévoit trois types d'espaces fonctionnels: un espace préscolaire, un scolaire et un autre d'alphabétisation pour adultes. Le premier accueillera des enfants âgés de trois à six ans. Il devra répondre à divers besoins d'autonomie, de sécurité, de jeux et de découvertes.
    Un même espace sera à la disposition d'une part des enfants de six ans et plus, relevant des cycles normalisés de l'enseignement fondamental, et d'autre part à des adultes souhaitant suivre des cours d'alphabétisation. Celui-ci doit comprendre une salle polyvalente, un atelier, un ensemble sanitaire, soit une surface de 190 m2. Un lieu extérieur est également prévu, d'une étendue minimale de 400 m2. Cet espace sera destiné aussi bien aux activités sportives et culturelles qu'aux manifestations de festivité et de l'ensemble de la communauté du douar.


    Adil BOUKHIMA

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc