×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

La diplomatie au service de la paix

Par L'Economiste | Edition N°:3417 Le 03/12/2010 | Partager

. L’Alliance des civilisations en débat à Fès . Des experts de 60 pays y participeront ce week-end«LA diplomatie religieuse et culturelle au service de la paix mondiale». Tel est le thème de la 4e édition du forum de Fès sur l’Alliance des civilisations. Initiée par le Centre marocain interdisciplinaire des études stratégiques et internationales (CMIESI), cette nouvelle version est prévue ce week-end (du 4 au 6 décembre) à la grande salle du siège de l’ex-préfecture de Fès-médina. Plus de 60 pays seront au rendez-vous, indique Abdelhak Azzouzi, président du CMIESI. Et d’ajouter que «le forum de Fès s’inscrit en droite ligne des précédents, en cherchant encore une fois à apporter des analyses savantes, à mettre fin aux amalgames, à percevoir, à comprendre ce qui est en jeu, de manière à pouvoir assumer les métamorphoses nécessaires». C’est là le niveau fondamental de la problématique. Mais il diffère également des précédents du fait que «le forum de cette année aspire à tracer une véritable feuille de route institutionnelle en mettant en exergue le rôle que peut jouer la diplomatie pour régler les problèmes de ce monde, qui ne sont pas uniquement religieux». «Ils sont politiques, économiques, sociaux, culturels, et enfin religieux», renchérit le président du CMIESI. Selon lui, les conclusions de ce forum serviront, comme à l’accoutumée, de base à l’élaboration de programmes et de projets. Lesquels seront destinés à renforcer le dialogue inter-culturel et dépasser les incompréhensions mutuelles, particulièrement entre le monde occidental et le monde musulman. Pour ses organisateurs, le forum de Fès se veut une occasion pour que des spécialistes, des universitaires, des politiques, des diplomates, des hauts fonctionnaires internationaux, des journalistes, des acteurs de la société civile, se réunissent pour débattre, échanger leurs vues, analyser et réfléchir à cette thématique cardinale de nos sociétés contemporaines. La diversité des parcours intellectuels et professionnels des participants témoigne de l’ouverture, de l’esprit de partage et de la richesse du pluralisme qui marquent l’événement.Au programme, figurent plusieurs séances de réflexion sur «la Diplomatie religieuse et culturelle au service de l’Alliance des civilisations et de la diversité culturelle», «L’autocritique comme élément de base dans les nouvelles relations internationales: l’œuvre d’Allal El Fassi comme référence», «Le rôle de l’action diplomatique dans les relations internationales», «Le rôle de la société civile dans le rapprochement des peuples: éléments pour la définition d’une diplomatie non-gouvernementale», et «La diplomatie participative au service de l’Alliance des civilisations et de la diversité culturelle»…


Clash des civilisations

A travers les forums de Fès, et à travers les différentes publications, le CMIESI s’est efforcé de réfuter la thèse d’un clash des civilisations, considérée comme un leurre destiné à détourner l’attention des vrais problèmes politiques, économiques et sociaux. Le choc des civilisations est davantage un slogan qu’une réalité. C’est le choc des ignorances qui est une réalité partagée. C’est sur le terreau de l’ignorance que la thèse du choc des civilisations s’est construite, réduisant les musulmans à des dissidents désastreux menaçant par leur fanatisme le cours de l’histoire, et c’est aussi sur le terreau de l’ignorance que le terrorisme se développe, fonctionne, recrute, lave les cerveaux, endoctrine les jeunes, détourne la religion, et c’est enfin sur le terreau de l’ignorance que l’image des religions est déformée, brouillée et caricaturée.Youness SAAD ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc