×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    L’ANRT au Club de L’Economiste
    Baisse des prix, la priorité

    Par L'Economiste | Edition N°:3231 Le 12/03/2010 | Partager

    . Un projet de réforme en cours. Le parc des abonnés a atteint 25,3 millions à fin 2009Azedine El Mountassir Billah, directeur général de l’Agence nationale de régulation des télécommunications, a le triomphe modeste. Les 25,3 millions d’usagers de la téléphonie mobile ont communiqué pendant 20 milliards de minutes en 2009 et échangé quelque 2 milliards de minutes de SMS. Sachant que le tarif moyen de la communication est de 1,15 DH pour les appels et 35 centimes pour le SMS. Invité du Club de L’Economiste, mardi 9 mars, El Mountassir Billah était à l’aise. La performance du segment de la téléphonie mobile plaide en sa faveur. Celle-ci s’est répercutée positivement sur le taux de pénétration qui, à son tour, a gagné plus de 7 points en une seule année, affichant un taux de 81,18% à fin 2009. En même temps, le parc des abonnés mobile a augmenté de 10,94%. Entre 2000 et 2005, 50% des IDE ont concerné le secteur des télécoms. Arrivé il y a deux ans environ à la tête de l’ANRT, El Mountassir Billah a vite pris ses marques. La nomination de cet ingénieur télécoms coïncidait avec la fin de la phase de développement du secteur, durant laquelle l’usage des télécoms au Maroc s’est démocratisé. «A l’horizon 2011, avec le projet PACTE, déployé sur plus de 9.200 villages (zones blanches), les services télécoms couvriront la totalité de la population». On est bien loin de la phase d’ouverture (libéralisation) 2000-2004. Pour preuve, s’il en est, l’actuelle note d’orientation du gouvernement 2010-2013, jugée «dogmatique» et qui ouvre la phase de régulation du marché. A ce titre, l’autorité de régulation des télécoms va déployer un certain nombre de mesures, notamment la baisse des tarifs d’interconnexion qui, selon El Mountassir Billah, devrait favoriser la baisse des tarifs de communication vocale. Entre autres mesures, il y a également l’amélioration du processus de portabilité des numéros ou encore le dégroupage, c’est-à-dire l’utilisation de la boucle locale par des opérateurs alternatifs (les tarifs ont baissé de 20% en 2009). Mais là où le régulateur veut frapper fort, c’est sur le partage d’infrastructures. Une mesure qui va optimiser les investissements réalisés et favoriser une meilleure couverture du pays, induisant une baisse des prix de communications. Reste à conférer au régulateur de véritables sanctions. La réforme annoncée devrait lui donner plus de pouvoir.Bachir THIAM

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc