×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Khmissa 2004: Les cinq femmes de l'année

Par L'Economiste | Edition N°:1720 Le 08/03/2004 | Partager

. Assia El Ouadie, Béatrice Belouad, Sophia Essaïdi, Khalida Azbane, et Fatiha Ahbabaz . Elles ont été primées pour leur militantisme, leur art ou leur professionnalisme . La manifestation se propose d'encourager et de promouvoir les actions de la femme marocaine Enfin une distinction pour des femmes comme Assia El Ouadie, magistrat de sa profession et membre très actif pour la promotion des droits humains, notamment pour une meilleure condition dans les pénitenciers. Elle s'occupe aujourd'hui de centres de réforme et de rééducation pour jeunes mineurs. Assia a reçu un trophée Khmissa, le 6 mars. Acclamée et auréolée, la femme était ce soir la vedette de cette quatrième édition de Khmissa, événement initié par le mensuel féminin Citadine et dédié la femme marocaine. Un hommage qui coïncide avec la journée de la femme célébrée le 8 mars de chaque année. Et d'une voie très émue, El Ouadie, fille de militants (Touria Sekkat) et militante, lancera un appel pour la dignité des prisonniers, dans les milieux pénitenciers. Autre appel émouvant, celui de Béatrice Belouad, directrice des centres SOS villages d'enfants pour appuyer davantage ces villages, dont un a été touché par le séisme de la région d'El Hoceïma. Dans l'entreprenariat, Khalida Azbane a remporté le trophée. Elle est chimiste de formation et dirige la société qui porte son nom d'ailleurs. Plus de 70% du personnel de cette entreprise est féminin.Pour les métiers de communication, c'est Fatiha Ahbabaz, rédactrice en chef à 2M qui sera élue pour cette 4ème édition de la femme. Ahbabaz a pendant longtemps présenté le JT en langue arabe sur la deuxième chaîne et a réalisé de grands reportages. Celui réalisé sur le peuple irakien pendant l'embargo en 1998 en aura marqué plus d'un.Dans la catégorie art et culture, pas de grande surprise, c'est Sofia Essaïdi qui remportera le trophée, face à des concurrentes comme Narjiss Nejjar, réalisatrice du film “Yeux secs” ou encore Sakina Rharib, conservatrice du Musée de Marrakech et de la Fondation Omar Benjelloun. Difficile de se faire une place aux côtés de cette star issue de la Star Ac 2003 (émission de la chaîne française TF1), devenue idole du jeune public marocain (et même des plus grands). Son apparition a suscité de vibrantes ovations ce 6 mars, dans l'enceinte du palais des congrès à Marrakech. . Hommage à la femmeLes prix demeurent plutôt symboliques mais combien encourageants. “Khmissa est loin d'être une compétition, mais c'est un hommage à la femme”, fait remarquer, Abdelatif Khizrane, directeur des éditons Lilas et Citadine. “Que ce soit dans les arts, le sport ou les actions sociales, ces trophées qui ont déjà primé plusieurs autres femmes, leur ont donné encore plus de courage pour continuer leur militantisme”.La quatrième édition de Khmissa s'est tenue à un moment où la promotion de la femme et de sa condition n'est plus uniquement un débat, mais une réalité. La réforme de la moudawana (code de la famille) a vu le jour et est en cours d'application. Une campagne de promotion et de sensibilisation du nouveau code de la famille vient de démarrer d'ailleurs. Le mouvement féminin, appuyé justement par des magazines, des événements pour la promotion de la femme, ont eu gain de cause. Autre gain non moins important, la participation de la femme, dans la vie politique, avec 30 parlementaires, imposée presque de force, grâce au travail du mouvement féminin. Rappelons que Khmissa est un événement créé par le magazine féminin La Citadine du groupe Lilas. Il a pour objet de célébrer cinq femmes ayant marqué l'année dans leur secteur respectif. Elles sont choisies dans un lot de 25 nominées qui ont brillé cette année par leur action humanitaire, littéraire ou encore dans l'entreprenariat. “25 femmes donc ont été mises en avant, mais plusieurs centaines ont accompli des merveilles et restent pourtant inconnues”, soulignent les organisateurs. . Un comité d'éthiqueCette année, le choix des nominées a été confié à un comité d'éthique représenté par des acteurs du monde des arts, de la politique, de l'entreprise et des médias. Pour plus de viabilité d'ailleurs, un véritable dispositif de vote a été mis en place via les SMS et les coupons-réponses dans la presse. “Le plus important est que l'action de la femme soit promue”, souligne Monique Laghrichi, directrice de l'agence Mosaik, une des nominées. Côté jardin de cette édition, le plateau artistique a été plutôt moyen. Plus de play-back pour les chansons, à l'exception d'un Housseine, de mère marocaine, rendu célèbre grâce à la Star académie 2002 (encore!). L'animation de cette édition 2004 a été en revanche assez tiède, sauvée in extremis par un Saïd Naciri, au plus grand de sa forme ce 6 mars.


Les gagnantes de 2003

En 2003, ce sont Naïma Lamcherki, Khadija Doukkali, Khadijja Assad, Nezha Bidouane et Rajaa Aghzadi Traki, qui ont remporté les trophées de Khmissa. Traki, trophée des sciences, a été l'initiatrice d'une course féminine (le marathon des femmes qui a eu lieu hier à Marrakech), avec pour objectif, la collecte de dons pour le dépistage des cancers du sein. Naïma Lamcharki est l'artiste au grand cœur, et est aussi une des ambassadrices de l'Unesco.De notre correspondante, Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc