×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Nougaro le “troubadour baroque” ne chantera plus

Par L'Economiste | Edition N°:1720 Le 08/03/2004 | Partager

. Il s'est éteint à 74 ans des suites d'un cancer . Une carrière riche en rebondissementsLe jazz ne sera plus chanté en français. Du moins pas à la manière de Claude Nougaro. “Le troubadour aux semelles de swing” comme il était communément appelé, est éteint jeudi 4 mars, à l'âge de 74 ans, après cinquante années de paroles, de rythmes et de chansons. Avec lui, la chanson française a vu naître un style particulier, entre jazz et balades. A cause d'un cancer “pancréeux” comme il se plaisait à définir sa maladie, l'artiste ne chantait plus depuis un an déjà. Il se produisait quand même sur scène pour des lectures de textes écrits par lui et qui s'intitulaient “Les fables de ma fontaine”.Nougaro a eu une carrière riche en rebondissements. Né en 1929 à Toulouse, il n'est pas tombé immédiatement dans la musique, malgré un père baryton à l'Opéra et une mère pianiste. Le jazz, il l'écoutait sur “la radio de la cuisine chez ses grands-parents”. Il a d'abord entamé une carrière de journaliste, avant de lire des poèmes dans les cabarets et d'écrire des chansons pour d'autres chanteurs.Il se met par la suite à chanter ses propres compositions, et ne connaîtra son premier grand succès qu'en 1963 avec “Je suis sous” (sous, sous ton balcon). Il travaille avec Baden Powell et Dave Brubeck, des percussionnistes africains. C'est d'eux qu'il s'est approprié les influences musicales pour créer son style “du Nougaro”, un mélange de swing et de poésie. Il a chanté sa ville “Toulouse”, sa fille “Cécile”, “le jazz et la java”, et des morceaux où se mêlent gouaille et poésie.En 1988, il reçoit le grand prix de la chanson française de la Sacem pour l'ensemble de son oeuvre. Distinction avant laquelle il a connu une période de sécheresse artistique telleque son producteur d'alors, Barclay, s'est séparé de lui pour “absence de résultats”. Mais ce gourou de la scène et fan de la boxe ne s'est pas avoué vaincu. Tel un sphinx, il renaît de ses cendres en partant à New York, finançant lui-même l'album “Nougayork” (1988), qui allait le remettre au premier plan, artistiquement et commercialement. A l'aube de ses 70 ans, il publie “Sur paroles”, un livr e regroupant la quasi-totalité de ses textes, illustrés d'une cinquantaine de dessins de sa main. A l'occasion de ses 70 ans et ses 45 ans de chanson, en septembre 1999, il avait été fait citoyen d'honneur de Blagnac, dans la banlieue toulousaine. Houda BENBOUYA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc