×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Karim Tassi in Marrakech

Par L'Economiste | Edition N°:3224 Le 03/03/2010 | Partager

. Une griffe de luxe à la marocaine. Haute couture et artisanat: un lien éternel «L’art doit naître du brassage des cultures», telle est la devise de Karim Tassi.Styliste et designer, Tassi fait plus que créer. Il revisite l’artisanat marocain, mixant le minutieux travail des maâlams à son expérience et son savoir-faire.Son parcours assez connu est animé, selon lui, par l’envie de « rendre les codes de la mode et du design lisibles par tous ». Pour innover, le designer se fixe des repères basés sur ce qu’il a emmagasiné tout au long de sa carrière. Mais aussi du vécu quotidien et d’une projection systématique du futur. L’intérêt étant d’anticiper les tendances et les besoins du client.Après des années à l’étranger, «j’ai préparé mon retour au pays», précise t-il. Car, en plus de la fuite des difficultés en Europe, il y a eu sa participation distinguée au caftan 2004. Année où son show-room a été installé à Marrakech. Un déclic pour l’inciter à faire du Maroc son lieu de travail.En 2006, il réalise un catalogue de bijoux «main de Fatima». La collection en question a été offerte au ministère de l’Artisanat et mise à la portée des artisans. Tassi était le 1er designer à faire partie d’une telle initiative. Mais pas le dernier. Depuis 2004 le ministère commande des collections à différents créateurs.Tassi a choisi Marrakech pour débuter et ouvrir plusieurs boutiques. Il justifie son choix par les opportunités qu’offre la ville. Etant de renommée internationale, s’y installer lui permet d’élargir le champ de ses clients tout en restant au Maroc. Mais pas que ça. La ville regorge d’artisans. Ces artisans représentent un pilier aux créations de Tassi. Celles-ci sont une réelle valeur ajoutée pour les artisans qui travaillent avec lui. Qui, en plus des habits et bijoux crée du mobilier. Se référer régulièrement au travail artisanal, est un moyen d’établir une synergie entre l’homme et la machine et une façon de défendre sa culture. «L’artisanat subit un rejet face à l’évolution» explique t-il.Pour Tassi, la création marocaine doit exister mais de façon intelligente. Il faut soutenir les jeunes talents, les aider à créer des labels, financer des plateformes où créateurs et artisans peuvent se retrouver. A propos du potentiel du pays et des designers marocains, il déclare que jusque-là les moyens et les énergies du créateur et artisan marocains ne sont pas exploités à 100°/°.«Les moyens sont là mais toujours pas adaptés aux réalités du marché», précise t-il.Tassi continue d’aller de l’avant et garde en esprit les mêmes contraintes qu’un chef d’entreprise. A savoir le soucis de fonctionner au quotidien. Rappelons qu’il possède son propre atelier ainsi qu’un show room dédié à ses créations. Et souhaite voir plus de commercialisation de marques marocaines.B. BR

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc