×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Irak: Renforcement de la présence américaine

    Par L'Economiste | Edition N°:1909 Le 03/12/2004 | Partager

    . Allaoui incite les exilés à participer aux électionsLES Etats-Unis vont renforcer leurs effectifs militaires en Irak à l’approche des élections prévues le 30 janvier. Et le Premier ministre irakien Iyad Allaoui, en visite en Jordanie, a, de son côté, encouragé les Irakiens de l’étranger à voter. Parallèlement, alors que la violence fait toujours rage dans le pays, une conférence ministérielle sur la sécurité en Irak, réunie à Téhéran, a débouché le 1er décembre sur un appel à une plus grande coopération régionale contre la guérilla, mais n’a enregistré que peu de résultats concrets.Pour sa part, le Pentagone a annoncé que le nombre de militaires américains allait passer de 138.000 à 150.000 hommes entre la fin décembre et le début janvier. “Le chiffre de 150.000 est le plus élevé depuis la force mobilisée pour l’invasion” de l’Irak en mars 2003, a déclaré le général David Rodriguez. “Le but est principalement d’améliorer la sécurité pour les élections, mais aussi de garder la pression sur les insurgés, après l’opération de Falloujah”, a précisé le général Rodriguez. A Amman, Allaoui a rencontré le 1er décembre des dizaines de chefs de tribus, de politiciens et d’hommes d’affaires, pour la plupart des sunnites, dans un grand hôtel fortement gardé d’Amman, et les a encouragés à participer au scrutin. “Nous tentons de convaincre une majorité d’Irakiens, particulièrement ceux de la diaspora, de prendre part au vote”, a dit le porte-parole du gouvernement Thaër al-Nakib. Le Premier ministre irakien devait ensuite se rendre en visite officielle en Allemagne puis en Russie.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc