×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Chine: Politique prudente pour 2005

    Par L'Economiste | Edition N°:1909 Le 03/12/2004 | Partager

    . Priorité à la lutte contre le surinvestissement. Promotion de l’économie rurale pour booster la production céréalièreLes plus hauts dirigeants chinois ont décidé de mettre en oeuvre en 2005 une politique économique prudente en contrôlant strictement les investissements tout en donnant la priorité au développement rural, a rapporté hier la presse chinoise.Réuni le 1er décembre, le bureau politique du Parti communiste chinois (PCC) a proclamé la fin de la politique de soutien à la croissance mise en oeuvre durant sept ans, selon des analystes cités par l’agence Chine nouvelle. Cette politique de soutien à la demande, qui consistait notamment à stimuler l’économie grâce à une politique de grands travaux, avait permis à la Chine de ne pas dévaluer le yuan après la crise financière de 1997. Mais elle risquait de se solder par la multiplication de projets peu rentables. Les 24 membres du bureau politique ont décidé la poursuite de la politique de macrocontrôle et d’ajustement structurel mise en oeuvre depuis le printemps dernier pour lutter contre un niveau trop élevé de l’investissement, qui menaçait de provoquer une surchauffe ou la formation d’une bulle spéculative dans certains secteurs. Alors que les revenus des paysans progressent moins vite que ceux de la population urbaine et que la production céréalière avait diminué de 1998 à 2003, l’économie rurale va être développée afin de promouvoir la production céréalière et les revenus des paysans, selon la décision de Pékin. Les dirigeants chinois veulent aussi approfondir les réformes et ajuster la structure économique en fonction de la situation sur le marché national et international afin de renforcer un noyau compétitif, en référence à l’émergence de grands groupes chinois.Enfin, l’emploi et le réemploi des ouvriers licenciés, tout comme la conservation des ressources naturelles et les économies d’énergie figureront parmi les priorités de la politique économique l’an prochain. Une conférence économique sera prochainement organisée pour discuter de la mise en oeuvre de cette politique, a rapporté le Quotidien du Peuple.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc