×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Intempéries
Les petits barrages menacent de déborder

Par L'Economiste | Edition N°:3415 Le 01/12/2010 | Partager

. 11 milliards de m3 de réserves en eauxLes réserves hydrauliques, font le plein. Les dernières précipitations qui se sont abattues sur les différentes régions du Maroc ont certes causé des dégâts importants, mais ils ont été très bénéfiques pour les barrages. Les retenues de ces ouvrages au Maroc ont enregistré des taux de remplissage élevés, allant jusqu’à 70,3% (taux observé le lundi 29 novembre). Ce qui induit un apport hydrique considérable, également pour la nappe phréatique.Selon le secrétariat d’Etat chargé de l’Eau et de l’environnement, le taux de remplissage global des retenues des barrages est passé de 65,6% en novembre 2009 à 70,3% actuellement. Un taux appelé à augmenter vu les mauvaises conditions climatiques qu’enregistre le pays durant cette semaine. Ainsi, la réserve d’eau stockée passe de 10.353,1 millions de mètres cubes en novembre 2009 à 11.095,8 millions de mètres-cubes actuellement.A noter que le total de ces quantités emmagasinées par les barrages sont presque arrivées à atteindre la capacité totale des barrages du Maroc, étant de 15 milliards de m3. En dépit des pluies torrentielles, les principaux grands barrages restent en deçà de leurs capacités.Il s’agit en l’occurrence, du plus grand barrage Al Wahda (3.712,1 millions de mètres cube) dont le taux de remplissage est descendu à 43% par rapport à la même période en 2009, soit 53%. Et ce, avec des réserves en eaux de 1.602,2 millions de m3. Sont aussi concernés les barrages, Idriss 1er situé à Fès (591,2 millions de m3) avec un taux de remplissage de 52% en baisse par rapport à 2009(72%), Bin El Ouidane, situé à la plaine de Tadla (884,9 millions m3) avec 71% et Al Massira qui se trouve à Settat (2.471,2 millions m3) avec 93%.L’ouvrage Ahmed Al Hanssali situé à Kasba Tadla, et permettant de créer une retenue de 740 millions de m³, a en revanche vu son taux de remplissage augmenter pour atteindre 77%. Idem pour le barrage Sidi Mohamed Ben abdellah, situé à Oued Bouregreg, dont le taux de remplissage atteint actuellement 78%.Certains petits et moyens ouvrages débordent pratiquement. Les bassins Mokhtar Soussi, Sidi Saïd Maâchou, Aït Messaoud, Barrage Sur Oued Za, ayant une capacité modeste, ont enregistré des taux de remplissage dépassant les 100%. La tendance haussière concerne également le barrage Oued Mellah qui menace de tout emporter. Déjà au début de la semaine il avait atteint sa capacité maximale. Sa réserve en eau a avoisinée les 4,4 millions de m3 (0,9 million de m3 au 29 novembre 2009). Les eaux du barrage ont débordé, entravant la circulation de la route nationale reliant Mohammedia et Rabat. Ce cru exceptionnel réalisé en cette période permettra de satisfaire les besoins d’irrigation de la quasi-totalité des périmètres arrosés. Plus encore, l’eau des barrages permettra d’assurer l’alimentation en eau potable des villes et centres urbains les plus proches. Autre retombée positive de la situation des barrages, leur niveau de remplissage permettra d’assurer le turbinage pour la production de l’énergie.Intissar Benchekroun

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc