×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Incompréhensibles attaques contre Jettou

    Par L'Economiste | Edition N°:3240 Le 25/03/2010 | Partager

    . Ouverture d’une enquête judiciaire sur un grief virtuel. Rocade: le tracé initial a été conservé!Pour l’instant, il n y a pas de mise en cause. Juste un communiqué du ministère de la Justice annonçant l’ouverture, pour “infractions aux lois de l’urbanisme”, d’une enquête autour du changement du tracé de la rocade sud-ouest de Casablanca. Il n’en fallait pas plus pour que l’opinion y entrevoit les prémices d’une instruction judiciaire contre Driss Jettou. Il y a quelques mois en effet, l’ancien Premier ministre et homme d’affaires avait défrayé la chronique pour son projet Muteo, certains articles l’accusant de trafic d’influence dans sa tentative d’acquisition d’un terrain jouxtant la rocade en question. Jettou avait multiplié les sorties médiatiques pour infirmer ces accusations. L’on pensait donc l’affaire enterrée, du moins jusqu’au communiqué du ministère de la Justice d’avant-hier. Si ces rebondissements semblent avoir pris de court tout le monde et alimentent de vives discussions, c’est que la personnalité de Jettou ne laisse pas indifférent. La communauté des affaires a souvent salué ses compétences en tant que patron, mais aussi en tant qu’ancien homme politique. Et même concernant le dossier, certes assez embrouillé, rocade-Muteo, aucune preuve ne permettait de le mettre en cause. La seule tentation, c’est de lui imputer une responsabilité à l’aune de son parcours seulement.A vrai dire, dans cette affaire, les intérêts de tous les acteurs ne sont pas obligatoirement les mêmes. Au départ, l’histoire semble assez simple à raconter. Jettou prospecte et déniche un terrain de 81 hectares où il compte ériger un complexe immobilier ainsi qu’une zone logistique. L’assiette est intéressante et se trouve à cheval sur Hay Hassani et sur Nouaceur. Seulement là, il faut tenir compte d’une des multiples contradictions des politiques d’aménagement du territoire. Sur Hay Hassani, le terrain est urbain, sur Nouaceur, il est rural. Et c’est sur cette dernière partie du terrain que se concentrent les problèmes. Jettou découvre que l’agence urbaine veut y abriter des espaces verts. Il surseoit donc à la composante logistique de son projet en gardant l’immobilière. Il tente de redimensionner le projet avec les propriétaires du terrain, la famille Haddioui, en vue de négocier un nouveau compromis de vente. A vrai dire, la famille Haddioui est sur un autre front, celui d’une rocade qui doit traverser leur terrain. Cette voie rapide doit délimiter le périmètre urbain de Casablanca. Les propriétaires, les Haddioui, s’y opposent au motif que le passage de la rocade dévaloriserait le terrain. C’est là où les soupçons pour “trafic d’influence” contre Driss Jettou ont refait surface, comme s’il aurait, lui aussi, tenté d’obtenir, comme les Haddioui, le déplacement du tracé de la rocade. Il y a bien un changement du tracé, mais pas à la demande de Muteo. Il y avait en réalité un autre projet immobilier mitoyen avec celui de Jettou, du promoteur KLK. Là aussi, le terrain est traversé par la rocade. Néanmoins, l’agence urbaine de Casablanca autorise le déplacement de la rocade pour les besoins de ce dernier opérateur. En janvier dernier, rebondissements encore une fois. Une commission d’inspection du ministère de l’Intérieur exige le retour au tracé initial. Autrement dit, KLK est amené à revoir son projet. A ce stade donc, Muteo et KLK sont sur le même pied d’égalité et doivent tenir compte du passage de la rocade pour leurs projets. Actuellement, les travaux de cette voie sont bien avancés. Là où le communiqué du ministère de la Justice sème le trouble, c’est quand il évoque une “infraction aux lois de l’urbanisme”. On ne sait pas de quelle infraction il s’agit. En revanche, c’est bel et bien Muteo et donc Jettou qui est visé puisque le communiqué évoque le «projet à composantes immobilière et logistique”.B. S.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc