×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Immigration: Huit pays poussent un coup de gueule

Par L'Economiste | Edition N°:2370 Le 27/09/2006 | Partager

. Ils réclament une plus grande solidarité financière Huit chefs d’Etat et de gouvernement de pays du sud de l’Europe ont réclamé «une forte mobilisation» de l’Union européenne (UE) pour faire face à l’afflux d’immigrés clandestins à leurs frontières, dans une lettre commune adressée le 25 septembre à la présidence de l’UE. Ils soulignent que «la question doit être abordée à l’échelle européenne, en termes notamment d’aide financière et de déploiement de ressources». Ils demandent que cette question soit à l’ordre du jour du sommet européen informel de Lahti, en Finlande, le 20 octobre, en vue de prendre des «décisions opérationnelles» au sommet de décembre. La lettre, adressée au président en exercice de l’UE, le Finlandais Matti Vanhanen, est signée par Romano Prodi (Italie), José Luis Rodriguez Zapatero (Espagne), Costas Caramanlis (Grèce), Jose Socrates (Portugal), Jacques Chirac (France), Tassos Papadopoulos (Chypre), Lawrence Gonzi (Malte) et Janez Jans (Slovénie). Une lettre similaire a été envoyée au président de la Commission européenne, José Manuel Barroso. L’Espagne est en première ligne, avec l’Italie et Malte, face aux vagues d’immigrants clandestins cherchant à rejoindre l’Europe. Elle a vu débarquer plus de 23.000 immigrants africains aux Canaries depuis janvier – un record. Mais, jusqu’à présent, la solidarité européenne est restée très limitée: seuls trois Etats (Italie, Portugal, Finlande) participent avec l’Espagne à des patrouilles maritimes, laborieusement mises en place cet été au large des îles Canaries, dans le cadre de la jeune agence Frontex de contrôle des frontières extérieures de l’UE. Les Huit réclament «une volonté politique claire pour réaliser ce qui a été décidé d’un commun accord et pour développer de nouvelles initiatives». Outre «la conclusion rapide d’accords de réadmission» avec les pays africains et méditerranéens, ils jugent «crucial» de «renforcer la coopération opérationnelle dans la gestion de la frontière maritime méridionale de l’Union européenne». Ils citent les patrouilles en mer, le sauvetage et l’identification des clandestins. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc