×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    Génériques: La 1re usine d’Afrique centrale opérationnelle avant l’été

    Par L'Economiste | Edition N°:1975 Le 10/03/2005 | Partager

    . Elle devrait produire jusqu’à 40.000 tablettes et 200.000 comprimés par heureLa première usine de médicaments génériques contre le sida et le paludisme d’Afrique centrale s’apprête à démarrer son activité au Gabon. Elle a pour objectif d’alimenter à terme l’ensemble de la sous-région en molécules bon marché “made in Africa”. “Inaugurée” le mois dernier lors d’un sommet de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Cémac), la fabrique n’est pas encore opérationnelle. “Les équipements sont en place et, si tout va bien, nous devrions être en mesure de commencer la production avant la fin de l’été”, assure le patron de l’usine gabonaise, Thomas Haahr. “Fabriquer des médicaments en Afrique coûte très cher, notamment à cause des contraintes sanitaires qui pèsent sur notre activité”, explique le patron du groupe Propharex, Jean-François Capart. “Grâce à sa petite taille et son design modulable, notre micro-usine permet de réduire considérablement les coûts de fonctionnement et d’entretien”. Toutes les parties sensibles (machines, salles blanches) du site ont ainsi été pré-assemblées en Europe dans des conteneurs maritimes qui, une fois à destination, sont réunis pour former le squelette de l’usine. Avec, là encore, un gain de temps et de prix appréciable. Au final, l’usine affiche un prix clé en main de 3,28 milliards de francs CFA (5 millions d’euros), entièrement payés par l’Etat gabonais. A plein régime, elle devrait produire jusqu’à 40.000 tablettes et 200.000 comprimés de médicaments génériques par heure. Parmi ses premières productions, figurent un remède contre le paludisme réalisé à base d’artemisia, une plante d’origine chinoise, et plusieurs combinaisons antirétrovirales contre le virus du sida. Avant même la sortie de sa première pilule gabonaise, le groupe Propharex prépare ainsi l’implantation d’autres exemplaires de sa micro-usine dans des pays comme le Bénin, la Tanzanie, l’Ouganda ou la République démocratique du Congo. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc