×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Gazprom/Belarus
    Négociations sur le prix du gaz dans l’impasse

    Par L'Economiste | Edition N°:2432 Le 28/12/2006 | Partager

    . Il est prêt à proposer du gaz au Belarus à 110 dollars les 1.000 m3 . Belarus menace le transit vers l’Europe Les négociations entre le géant gazier russe Gazprom et Minsk sur le prix du gaz livré au Belarus «n’ont abouti à rien», a affirmé le 26 décembre le porte-parole de Gazprom, Sergueï Kouprine.  «A l’heure actuelle, les négociations sont déjà finies. Malheureusement, les négociations n’ont abouti, de fait, à rien», a déclaré Kouprine. Le gaz exporté vers le Belarus ne serait alors réservé qu’aux Européens. «Tous les volumes seront livrés aux autres pays, même si le Belarus n’a plus de gaz après le 1er janvier», a souligné Medvedev. «Il n’y a aucune raison de parler d’interruptions (possibles) des livraisons de gaz en Europe», a également assuré le porte-parole de Gazprom. Plus tôt dans la journée, Gazprom avait annoncé être prêt à proposer du gaz au Belarus à 110 dollars les 1.000 m3 à partir de 2007, soit beaucoup moins que les 200 dollars jusque-là réclamés par Moscou. «Si, jusqu’à présent, nous voulions augmenter le prix du gaz à 200 dollars, nous sommes aujourd’hui prêts à étudier la question d’une augmentation à 110 dollars seulement», avait déclaré le porte-parole de Gazprom Sergueï Kouprine. Le 25 décembre, Gazprom avait accusé Minsk, qui refuse d’accepter une hausse du prix du gaz réclamée par Moscou, d’avoir une position «irresponsable» mettant en danger l’approvisionnement en énergie du Belarus. Selon Gazprom, le Belarus souhaite acheter du gaz russe à environ 40 dollars les 1.000 m3 pour la population et à 54 dollars pour les industriels. De leur côté, les Russes voulaient augmenter le prix du gaz à Minsk qui paie actuellement 46,68 dollars les 1.000 m3 à environ 200 dollars. Gazprom et le Belarus ont jusqu’au 31 janvier pour se mettre d’accord sur le prix du gaz et la conclusion d’un accord.Par ailleurs, le Belarus, par lequel transite quelque 20% du gaz russe vers l’Europe, a menacé mercredi le géant gazier russe d’interrompre ces livraisons si Moscou lui coupait le gaz au 1er janvier 2007, faute d’un accord sur une hausse du prix de son gaz. «Le 1er janvier 2007, il y aura du gaz au Belarus», a assuré le vice-Premier ministre bélandre, Vladimir Sempach, de retour de négociations infructueuses avec Gazprom à Moscou. «Car nous sommes interdépendants. S’il n’y a pas de contrat pour les livraisons de gaz, il (Gazprom) n’aura pas de contrat sur le transit», a-t-il menacé, soulignant que «22% des exportations de Gazprom» vers l’Europe passaient par le Belarus. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc