×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

G7: La Chine prête à discuter de sa monnaie

Par L'Economiste | Edition N°:1947 Le 28/01/2005 | Partager

La Chine est prête à discuter de la question du yuan à la prochaine réunion du G7 mais n’a pas l’intention de céder aux pressions occidentales, a indiqué le gouverneur de la banque centrale, Zhou Xiaochuan, le 27 janvier. “Nous sommes d’accord pour discuter de cette question dans un contexte de coopération internationale”, a déclaré Zhou, cité par le China Daily. “Pour tout pays, le taux de change est une question de souveraineté qui doit être décidé par l’Etat”, a ajouté le patron de la Banque populaire de Chine.Les Etats-Unis et l’Union européenne ne cessent de réclamer que la Chine  mette en place un système de taux de change plus flexible pour sa monnaie jugée sous-évaluée.Le 26 janvier encore, le président américain George W. Bush a estimé que le yuan devrait davantage évoluer en fonction des règles du marché. “En termes de déficit commercial, il est important que nous nous assurions que les pays traitent leur monnaie en accord avec les règles du marché et nous travaillons spécifiquement avec les Chinois sur ce sujet”, a déclaré Bush, lors d’une conférence de presse à la Maison-Blanche. Les Etats-Unis affirment que le yuan chinois est maintenu à un niveau artificiellement bas par rapport au dollar (8,28 yuans pour un dollar) et cela explique en partie, selon eux, l’énorme déficit commercial avec ce pays en donnant un avantage indu aux produits chinois. La Chine répète qu’elle n’exclut une certaine flexibilité, mais que sa politique de change vise essentiellement à stabiliser la valeur du yuan à un niveau “raisonnable et équilibré”. Pékin redoute surtout les effets d’une réévaluation du yuan sur les exportations qui tirent la croissance et assurent des emplois essentiels à la stabilité sociale du pays. Zhou Xiaochuan et le ministre des Finances, Jin Renqing, participeront à la réunion du G7 le mois prochain à Londres, a indiqué jeudi, 27 janvier, le China Daily.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc