×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Iran: Rafsandjani “peut-être” candidat aux présidentielles

Par L'Economiste | Edition N°:1947 Le 28/01/2005 | Partager

. Il compte maintenir une ligne modéréeL’ancien président iranien Akbar Hachémi Rafsandjani a affirmé qu’il sera “peut-être candidat” à la présidentielle du 17 juin “pour maintenir une ligne modérée”, ont rapporté jeudi les journaux iraniens. “Si le climat (politique) est favorable à ma présence et pour maintenir une ligne modérée et pragmatique au sein de l’exécutif du pays (...) je serai peut-être candidat”, a déclaré Rafsandjani en recevant le secrétaire du parti des serviteurs de la reconstruction de Yazd (centre). Il a ajouté qu’on saura “prochainement” s’il est candidat ou pas. Le parti des serviteurs de la reconstruction a été créé au milieu des années 1990 par les amis politiques de Rafsandjani. “De toute façon, je ne tomberai jamais d’accord avec les extrémistes des deux camps (conservateur et réformateur) et ils s’opposeront à moi comme ils l’ont déjà fait”, a-t-il ajouté. “Je ne chercherai pas à obtenir leur soutien et, comme je l’ai toujours fait, j’agirai sur la base d’une ligne modérée”, a-t-il dit. C’est la première fois que l’ancien président évoque aussi directement sa candidature. Depuis plusieurs semaines, Rafsandjani multiplie les déclarations sur une éventuelle candidature. “Si la conscience collective estime que je dois me présenter, je n’hésiterai pas (...). J’annoncerai ma décision dans les prochaines semaines”, avait déclaré le 20 janvier Rafsandjani, resté un des personnages les plus puissants de l’Etat. A 71 ans, l’ex-président (de 1989 à 1997) dirige le Conseil de discernement du régime, la plus haute instance d’arbitrage politique. Sa candidature éventuelle divise le camp conservateur, qui n’a pas réussi à s’accorder sur un des cinq candidats déclarés, mais aussi le camp réformateur, dont une partie le soutient. Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc