×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

FMI: La reprise mondiale en péril

Par L'Economiste | Edition N°:3386 Le 19/10/2010 | Partager

. La coopération internationale fait toujours défaut. La guerre des changes également en ligne de mire à Shanghaï Les craintes d’une guerre des changes et la fragilité de la reprise économique dans les pays développés se font ressentir de plus en plus. C’est ce qui a, entre autres, fait l’objet de la réunion du Fonds monétaire international et des banques centrales, tenue hier lundi à Shanghaï. En fait, la reprise économique mondiale est menacée si les principales économies de la planète ne maintiennent pas un «esprit de coopération», a mis en garde le FMI. Pour son directeur général, Dominique Strauss Kahn, «l’esprit de coopération doit être maintenu. Sans cela, la reprise est en péril». Lors de cette réunion, les pourparlers étaient centrés sur les règles prudentielles à mettre en place pour éviter la faillite d’institutions financières risquant d’entraîner des économies entières dans leur sillage.Par ailleurs, la Corée du Sud avait exprimé, vendredi 15 octobre, ses craintes de tensions sur les taux de change. Estimant qu’elles pourront conduire au protectionnisme. Mais Séoul s’est vu accuser par Tokyo d’être intervenu pour faire baisser le cours du won.Dans le même registre, les pourparlers se sont aussi déroulés sur fond de conflit entre la Chine et les Etats-Unis. Ces derniers accusant Pékin de profiter de la faiblesse de sa monnaie pour conquérir des parts de marchés à l’extérieur. La Chine a de son côté envoyé les Etats-Unis dans les cordes la semaine dernière en accusant les Américains de faire porter à Pékin la responsabilité de leurs difficultés économiques internes. La Chine, 2e puissance mondiale depuis cet été, souffre moins que ses concurrents de la faiblesse du dollar, auquel sa monnaie est arrimée par un taux de change étroitement contrôlé. D’autres concurrents en Asie du Sud-Est ont au contraire vu leurs devises augmenter par rapport au billet vert.Reste à préciser que cette réunion de Shanghaï fait suite aux assemblées annuelles du FMI et de la Banque mondiale début octobre à Washington, au cours desquelles ont été débattues les mesures à prendre pour renforcer la reprise après la crise financière et consolider le système financier. Elle précède la conférence des ministres des Finances et des banquiers centraux des pays du G20, vendredi et samedi prochains en Corée du Sud, elle-même préparatoire au sommet du G20 les 11 et 12 novembre à Séoul.M. Az

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc