×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Espace: Toujours pas de contact avec Beagle 2

Par L'Economiste | Edition N°:1673 Le 30/12/2003 | Partager

. La mission du robot européen compromiseLe commissaire européen à la Recherche, Philippe Busquin, a salué la “fantastique réussite” de la mise sur orbite de la sonde Mars Express, minimisant l'échec à établir un contact avec l'atterrisseur Beagle 2 qui devait se poser sur la planète rouge. “Le projet Mars Express est une bonne illustration de ce que l'Europe peut réaliser, sur cette planète et au-delà, quand elle travaille dans l'unité”, a déclaré Busquin dans un communiqué. Adressant ses “plus chaleureuses félicitations” à l'Agence spatiale européenne (ESA), le commissaire a souligné que celle-ci avait “travaillé avec des moyens limités et des délais réduits pour arriver à ce résultat positif”. “Même si tous les aspects de la mission n'ont pas réussi, nous devons reconnaître son importance et tirer les leçons de cette expérience pour nous assurer de meilleures chances de succès pour l'avenir”, a-t-il ajouté en promettant un soutien financier continu de la Commission européenne. L'Europe a réussi son rendez-vous de Noël avec Mars, grâce à la mise en orbite de la sonde Mars Express, mais les scientifiques s'inquiétaient hier encore du mutisme persistant de l'atterrisseur britannique Beagle 2. Le robot européen, qui devait se poser jeudi dernier sur Mars, au moment de la mise en orbite de la sonde, a manqué dimanche 28 décembre sa septième possibilité de contact, avec le radiotélescope de Jodrell Bank, près de Manchester (Grande-Bretagne). Quatre tentatives d'entrer en liaison avec l'”atterrisseur” vont se poursuivre jusqu'au 31 décembre par Mars Odyssey et le radiotélescope Lovell de Jodrell Bank qui tend son “oreille” de 76 mètres de diamètre vers Mars dans le but de détecter un éventuel signal. La mission Beagle ne sera considérée comme définitivement perdue qu'après une dizaine de jours sans nouvelles. Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc