×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Entretiens Maroc-UE sur le Proche-Orient

Par L'Economiste | Edition N°:735 Le 29/03/2000 | Partager

. Israël demande à la communauté internationale l'établissement d'une force après son retrait du Liban Sud


Les trois mois à venir seront ''cruciaux et définitifs'' pour l'avenir du Proche-Orient, a estimé l'envoyé spécial de l'Union Européenne (UE) pour le processus de paix au Moyen-Orient, M. Miguel Angel Moratinos.
Lors d'un entretien, mercredi à Rabat, avec le ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, Mohamed Benaïssa, M. Moratinos a notamment souligné qu'il est tout à fait naturel que l'UE essaie de partager ses vues, ses préoccupations et ses possibles actions conjointes avec les autorités marocaines concernant le processus de paix. Il a indiqué que son déplacement au Maroc entrait notamment dans ce cadre. Pour sa part, M. Benaïssa a souligné l'engagement du Maroc pour ce processus et a rappelé le rôle pionnier joué par Feu S.M. Hassan II et celui de S.M. le Roi Mohammed VI qui a plusieurs fois confirmé l'engagement du Royaume sur cette question.
Le ministre a par ailleurs mis en garde contre les extrémistes des deux bords qui oeuvrent contre la paix.

Le Maroc a toujours estimé que la paix doit être globale et concerner «les pays dont les territoires sont occupés», mais également l'ensemble des pays de la région, a rappelé M. Benaïssa.
Dans la région, Israël intensifiait ses efforts hier en vue de convaincre la communauté internationale de déployer une force d'interposition au Liban Sud après son retrait prévu d'ici juillet.
Cette offensive diplomatique s'est traduite par une rencontre du ministre des Affaires Etrangères David Lévy avec l'Ambassadeur des Etats-Unis en Israël Martin Indyk. M. Lévy doit en outre se rendre dans les prochains jours à New York pour rencontrer le secrétaire général de l'ONU Kofi Annan.
Rappelons que le 5 mars, le gouvernement de M. Ehud Barak a décidé de procéder à un retrait du Liban, qu'il y ait ou non un accord avec ce pays et la Syrie qui joue un rôle prépondérant au pays du Cèdre.

Wissal SEGRAOUI (MAP, AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc