×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Pétrole: L'Opep ouvre les vannes

Par L'Economiste | Edition N°:735 Le 29/03/2000 | Partager

. Les cours du pétrole ont chuté mercredi matin à Londres sous les 25 Dollars le baril

. L'augmentation de la production décidée n'est pas suffisante pour faire baisser les prix à 21 ou 22 Dollars


C'est à partir du 1er avril prochain qu'entrera en vigueur le nouvel accord des pays de l'Opep (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole). Un arrangement a été trouvé tard dans la nuit du mardi pour augmenter le niveau de la production. A noter que seuls 9 pays sur 11 ont accepté cet accord. Le clan de l'Arabie Saoudite l'a emporté finalement sur le refus des Iraniens. L'Irak, qui n'est pas soumis aux quotas Opep en raison de l'embargo pétrolier international, a été de fait exclu de la décision.
La production des neuf pays de l'Opep favorable à l'accord s'établira à 21,069 millions de barils par jour (mbj), soit une augmentation de 1,452 mbj. L'accord sera réexaminé lors d'une conférence extraordinaire de l'organisation le 21 juin à Vienne. Contre cette décision, l'Iran veut afficher son opposition aux pressions américaines. "L'opposition de Téhéran semble politique, car l'Iran ne pouvait pas accepter l'option saoudienne qui est conforme à celle des Américains, optant ainsi pour sa position traditionnelle qui consiste à résister à toute pression américaine", indiquent des analystes. Les Iraniens pensent qu'une hausse de la production est "injustifiée", notamment au printemps où la demande tend à baisser dans les pays consommateurs.

Les cours du pétrole ont chuté mercredi matin à Londres sous les 25 Dollars le baril, au lendemain de la décision de l'Organisation. Le prix du baril de Brent (qualité de référence de la Mer du Nord) pour livraison mai coûtait 24,76 Dollars à 11h GMT sur l'International Petroleum Exchange (IPE) après avoir ouvert à 25,24 Dollars et clôturé mardi à 25,51. Les cours n'étaient pas passés sous les 25 Dollars le baril depuis mi-janvier. Ils avaient entre-temps grimpé jusqu'à près de 32 Dollars, au plus haut depuis novembre 1990.
L'augmentation de la production décidée par l'Opep est toutefois inférieure à ce que demandait Washington qui faisait pression pour au moins 2 mbj. Selon les analystes, le marché va néanmoins prendre le temps de bien comprendre les implications de la décision de l'Opep mais aussi de savoir ce que feront les pays non membres. C'est pourquoi l'impact sera très limité, d'autant plus que l'augmentation de la production décidée n'est pas suffisante pour faire baisser les prix à 21 ou 22 Dollars le baril. L'Opep sera sûrement de nouveau soumise aux pressions américaines pour ouvrir encore plus les vannes lors de sa réunion le 21 juin.

Hicham RAÏQ

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc