×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Enquête: «Certains importateurs ne respectent pas les conditions de stockage de l'ammonitrate»Entretien avec Amine Kandil, directeur général de Charaf Corporation

Par L'Economiste | Edition N°:1149 Le 22/11/2001 | Partager

Charaf Corporation est importateur d'ammonitrates. L'entreprise revendique 20% des parts de marché pour les fertilisants. Elle dispose de lieux de stockage dans plusieurs villes dont Jorf Lasfar. Amine Kandil, son directeur général, explique le danger que représente la manipulation de l'ammonitrate en l'absence de mesures de sécurité. Notons que Charaf Corporation avait aussi été inspectée par les services de la Province d'El Jadida et de la Protection civile. Une mise en demeure lui avait été envoyée.- L'Economiste: Vous êtes importateur d'ammonitrate. Ce produit présente des risques d'explosion. Quelle est la situation au Maroc?- Amine Kandil: Il faut noter qu'il y a deux ammonitrates. Le premier est l'ammonitrate technique, très dangereux(1). C'est un explosif dont l'importation est très contrôlée et soumise à autorisation spéciale. Il doit également être stocké dans des conditions très strictes. Le deuxième est l'ammonitrate agricole. Depuis l'incident de Toulouse, les gens font l'amalgame entre les deux types. A priori, l'ammonitrate n'est pas fait pour exploser. C'est un fertilisant. Généralement, les sociétés utilisant l'ammonitrate agricole ont un certificat de non-détonabilité. C'est-à-dire que le produit ne va pas exploser de façon spontanée. Attention, dans certains cas, il peut devenir un produit dangereux. C'est un peu comme lorsqu'un avion se transforme en une bombe. En résumé, l'ammonitrate, produit qui n'est pas totalement neutre puisqu'il existe des risques d'explosion dans des conditions extrêmes, doit être stocké dans des conditions spécifiques. Mais a priori, il n'y a pas de risque.- Dans quelles conditions l'ammonitrate agricole doit-il être stocké?- En sac, le problème ne se pose plus. Par contre, lorsqu'il est en vrac, il doit être stocké dans un endroit aéré avec des extincteurs au cas où. Il y a donc des conditions qui sont définies par une réglementation internationale et que l'on respecte. Pour notre société, nous sommes assurés auprès d'une grande compagnie d'assurances de la place. Nous avons un certain nombre de règles à respecter que ce soit pour l'ammonitrate ou les autres engrais. Il faut un local aéré, c'est très important. C'est certain qu'il y a un risque d'explosion lorsqu'on importe. Au Maroc, les murs des lieux de stockage ne sont pas toujours en béton. Il y a un risque d'effondrement.- Combien de tonnes d'ammonitrate importez-vous par an?- Entre 150.000 et 200.000 tonnes tous engrais confondus, dont 25 à 30% d'ammonitrate (NDLR: soit 60.000 tonnes). Je me déplace personnellement sur des bateaux d'ammonitrate. Comme tout produit, il y a des réglementations à suivre. Par exemple, la seule condition pour qu'un navire puisse transporter de l'ammonitrate c'est que la cargaison ne soit pas en contact avec le fuel. C'est une norme qui doit être respectée.- Vous avez évoqué une réglementation internationale. Mais y a-t-il une loi nationale qui régit cette activité?- Je ne connais pas de lois spécifiques dans aucun pays sur l'ammonitrate. La seule réglementation qui existe est imposée par les compagnies d'assurances.- Vous affirmez que certains lieux de stockage présentent un risque d'effondrement. Est-ce que c'est le cas pour tous les importateurs?- J'ai déjà constaté cela dans plusieurs magasins. Mais je ne peux pas généraliser.- Vos lieux de stockage sont-ils dans ces conditions?- Non. J'inspecte personnellement les sites. Je connais mes collaborateurs. Je considère que j'ai une responsabilité envers mes collaborateurs et ma famille. Je ne peux donc m'amuser à faire cela.- Vos sites de stockage sont-ils à l'intérieur ou à l'extérieur du port de Jorf Lasfar?- Nous en avons à l'intérieur, des locaux en location de chez l'ODEP, mais pour des fertilisants autres que l'ammonitrate. A l'extérieur, nous avons construit nos propres bâtiments. Nous y stockons de l'ammonitrate.- Est-ce que vous êtes les seuls à stocker à l'intérieur du port?- Non, il y a d'autres opérateurs. - Il y a une réglementation internationale qui interdit aux navires de transporter plus de 3.000 tonnes d'ammonitrate? Cette disposition est-elle respectée au Maroc?- Ecoutez, je vois régulièrement des bateaux d'engrais de grand tonnage qui dépassent 3.000 tonnes et qui vont vers beaucoup de pays.- A Jorf Lasfar, des bateaux réceptionnent des cargaisons de 10.000 tonnes...- Il m'est arrivé d'avoir un bateau de 10.000 tonnes.- En cas d'explosion, c'est tout Jorf Lasfar et avec lui les centrales de l'OCP et de la Jlec qui risquent également de sauter...- Si c'est de l'ammonitrate technique, oui. Pour l'agricole, je n'ai pas vocation à connaître toutes les capacités de ce produit-là. Pour nous, dès que le bateau arrive, nous conditionnons tout de suite.Propos recueillis par Aniss MAGHRI(1) NDLR: Le directeur général de Charaf Corporation distingue ici entre l'ammonitrate utilisé comme fertilisant et l'autre utilisé comme explosif. La différence entre les deux types réside dans la teneur en matières combustibles.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc