×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Enquête: L'ammonitrate ou NH4NO3, une formule chimique détonnante

Par L'Economiste | Edition N°:1149 Le 22/11/2001 | Partager

. Le risque est accru lorsque les conditions de sécurité ne sont pas respectées. Sa manipulation expose les ouvriers à plusieurs maladiesNH4NO3. C'est la formule chimique des nitrates d'ammonium. Simple à lire mais non sans danger. Les nitrates d'ammonium ou ammonitrates (AM) sont fabriqués à base d'acide nitrique (HNO3) et d'ammoniaque (NH3). Un grand chimiste de la place explique que les nitrates d'ammonium n'explosent que lorsque certaines conditions sont réunies: Il faut un apport en chaleur variant entre 160 et 200° et une étincelle pour provoquer l'explosion. «La chaleur peut causer une violente combustion ou explosion. La substance se décompose alors en chauffant fortement ou en brûlant, dégageant des fumées toxiques», explique-t-il. Une note préparée dans le cadre de la coopération entre le programme international sur la sécurité chimique et la Commission européenne indique aussi que les risques d'explosion augmentent lorsque l'ammonitrate est stocké dans un espace confiné et à des températures élevées. «Il se décompose au-dessous du point d'ébullition à environ 210°. Son point de fusion est à 170°», ajoute la même note. L'ammonitrate est aussi un oxydant fort qui réagit facilement aux matières combustibles et aux réducteurs. Le risque d'explosion est donc accru en présence de produits réducteurs tels que le fer ou le zinc et hydrocarbures. Le danger, pour les industries utilisant ce produit, est omniprésent, d'où la nécessité de respecter rigoureusement les mesures de sécurité. En effet, une explosion peut être provoquée par une étincelle de feu causée par une cigarette ou un court-circuit. Le risque est d'autant plus grand lorsque les quantités stockées sont importantes. A Jorf Lasfar ou à Casablanca par exemple, ces quantités sont de plusieurs tonnes stockées dans le même hangar et souvent en l'absence de la moindre mesure de sécurité, comme l'établissent des rapports officiels. Un chimiste précise que pour le cas particulier de Jorf Lasfar, le risque est énorme. «Ses répercussions sur la centrale de Jorf Lasfar et de la Jlec seront immédiates». A Casablanca, ce sont plutôt des vies humaines qui seront menacées en cas d'explosion. L'autre aspect, à prendre en considération, est le danger que présente la manipulation de ce produit. Rappelons que lors de l'inspection réalisée à Jorf Lasfar par les services de la Province et de la Protection civile, la commission avait relevé que les ouvriers travaillaient sans matériel de protection. Le contact avec les nitrates d'ammonium peuvent en effet provoquer, selon International Chemical Safety Cards, (carte internationale de la sécurité chimique) une rougeur de la peau, de la toux, des maux de tête et de la gorge en cas d'inhalation. En cas d'ingestion, l'ouvrier risque de développer des douleurs abdominales, un bleuissement des ongles, des lèvres et de la peau. Il peut également souffrir en plus de convulsions, de diarrhée et vertige, d'un état de fatigue générale. Rien que ça!A. M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]iste.com
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc