×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    En créant un centre de compétences : Oracle investit le service

    Par L'Economiste | Edition N°:250 Le 17/10/1996 | Partager


    Le deuxième éditeur mondial de logiciels veut diffuser, à travers Omnidata, les services annexes: conseil en organisation, design du système. Oracle, le principal promoteur du Network Computer, croit au développement de l'informatique sur réseaux au Maroc.

    Oracle, challenger de Micro-soft, veut étendre son activité au Maroc, via Omnidata, son distributeur depuis 1989. Aussi un «centre de compétences techniques» est-il créé. «Jusque-là, nous nous sommes concentrés sur les bases de données et les outils. Aujourd'hui, nous étendons notre partenariat aux solutions d'application», indique M. Hans Jarnik, vice-président, en charge de l'Europe de l'Est, du Moyen-Orient et de l'Afrique. Il replace cette offensive dans son contexte: l'implication de l'entreprise dans Internet, Intranet et le NC (Network Computer). Pour cela, la multinationale mettra à la disposition d'Omnidata des «compétences» dans la vente et l'installation de ces applications. Ces expatriés devront aider les clients à redéfinir leur process, à créer de nouvelles opportunités d'affaires grâce aux applications. Ils devront organiser le transfert de technologie sur le personnel d'Omnidata et les clients.
    «Pour installer les applications, il faut de la formation et des services de consulting. Il n'y a pas que l'outil informatique. Il y a aussi une réorga-nisation à penser, une convergence avec des fonctionnalités», confirme, pour sa part, M. Saïd Rkaïbi, directeur général d'Omnidata. Il explique qu'à travers le monde, quand 1 Dollar est dépensé pour le logiciel, 2 à 10 Dollars vont aux services autour. La valeur ajoutée est désormais dans le service autour du logiciel.
    Oracle a décidé ce transfert sur le marché marocain, car il estime sa croissance dans les technologies de l'information (IT dans le jargon des initiés) entre 25 et 28%, et celle des services d'application à 70%.
    Cet investissement dans les applications est assez paradoxal pour le commun des utilisateurs, qui voit les logiciels devenir de simples progiciels, faciles d'utilisation et standardisés. En un mot, du prêt à consommer. «Les applications sont certes standardisées mais la manière de les utiliser varie d'un client à l'autre en fonction de l'activité, des process et des besoins», précise M. Jarnik. Dans le détail, ces services nouveaux seront le design du système global, l'analyse du process pour une meilleure compétitivité, le travail avec les services comptables, avec les acheteurs...
    L'investissement dans ce centre de compétences n'est pas chiffré avec précision. Il faudra installer 3 experts dans un premier temps, puis un an plus tard, ce seront 12 à 15 personnes au total qui y travailleront.
    Si les services annexes, autour du logiciel, se développent tant, se pose alors la question du «métier» de cette entreprise qui réalise, avec 21.000 personnes, 4,5 milliards de Dollars (contre près de 8,2 pour Microsoft) à travers le monde: logiciel ou conseil en organisation. «Editer des logiciels est notre métier. Favoriser une économie sur les réseaux est notre stratégie», ajoute M. Jarnik. Car aujourd'hui, une entreprise peut concevoir son produit dans un pays, le fabriquer dans un autre et le vendre dans un troisième. Le tout est de lui permettre un avantage compétitif dans cet éclatement. Oracle définit alors son activité comme «la gestion de l'information» autour des bases de données, des outils logiciels et aujourd'hui des applications.

    La bataille du NC


    L'activité devient plus sophistiquée avec Internet, Intranet et tous les Web. Jusque-là, il s'agissait surtout de gérer des données en stocks. Désormais, l'informatique en traitera les flux, entre les postes et les sites de l'entreprise. De plus, les données deviennent multiformes: textes, graphiques, images, vidéo... Le marché de demain est dans ce qui permet aux entreprises, aux Etats, aux individus de travailler sur les réseaux. Le NC (Network Computer), ordinateur à 500 Dollars, en sera l'outil.
    Ce micro-ordinateur, réduit à un clavier et un écran, donc sans mémoire, relié à Internet via une ligne téléphonique, devra aller y chercher sur le réseau ses programmes de travail. Le NC a été l'objet d'une grande controverse dans les milieux des éditeurs de logiciels et des constructeurs.
    L'idée du NC vient bien sûr de l'explosion d'Internet mais aussi d'une volonté de diffuser encore plus l'outil informatique en baissant les coûts.
    Il y a un marché par le prix. Les pays en développement pourront rattraper leur retard. «Le PC restera, mais le marché de masse sera le NC», prévoit M. Jarnik. Les logiciels se trouveront sur des sites, et l'utilisateur ira chercher ceux dont il aura besoin. Il les téléchargera, travaillera et paiera le temps d'utilisation. Sa carte de crédit sera débitée automatiquement. IBM, Sun et Apple ont prévu de mettre des NC sur le marché début 1997. Il n'y aura plus le choix que de s'accrocher à la toile d'araignée électronique qui soude l'économie mondiale.

    Khalid BELYAZID



    Oracle


    Représentée au Maroc depuis 1989 par Omnidata, Oracle réalise un chiffre d'affaires de 4,5 milliards de Dollars, en croissance de 42% par an. Elle emploie 21.000 personnes dont 2.000 dans la R&D qui absorbe 12% du CA. Elle revendique 50.000 clients dans 93 pays, directement ou via 3.000 sociétés partenaires.
    2ème éditeur mondial de logiciels, après Microsoft, c'est le premier pour les systèmes de gestion des bases de données relationnelles dans les outils de développement et numéro 2 dans les progiciels de gestion.
    Le siège social est à Redwood Shores, en Californie.

    K. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc