×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Courrier des Lecteurs

En bref

Par L'Economiste | Edition N°:512 Le 21/05/1999 | Partager

· Crédit Lyonnais: Un résultat net positif
Le Crédit Lyonnais a vu son résultat net du premier trimestre grimper à 100 millions d'Euros (1,05 milliard de DH), enregistrant ainsi une hausse "très significative" en comparaison avec "le résultat trimestriel moyen affiché en 1998". La banque en cours de privatisation, et qui a déjà coûté 16 milliards d'Euros aux contribuables français, considère que les chiffres annoncés "doivent être comparés en tendance à ceux de l'ensemble de l'année 1998 pour corriger l'effet des fortes variations trimestrielles constatées en 1998 en raison de produits non récurrents et des conséquences de la crise dans les pays émergents".
Le groupe envisage de poursuivre l'amélioration progressive des résultats courants de la banque de réseau en France et des autres métiers, via notamment la réduction du coût du risque.
La banque de réseau en France a enregistré un recul du produit net bancaire. Cette situation reflète "la politique prudente de crédits aux entreprises dans un contexte de marges toujours déclinantes". Quant à la gestion d'actifs, elle a connu une "progression satisfaisante des encours en France et à l'international". En tout état de cause, les responsables soulignent que le résultat d'un seul trimestre ne peut être considéré comme véritablement représentatif de ce que seront les performances pour l'ensemble de l'année.
Notons par ailleurs que la publication de ces résultats trimestriels constitue une première pour la banque. Cette opération est intervenue après l'annonce, début mai, des résultats trimestriels de Paribas et de la Société Générale, ainsi que ceux de la BNP.

· Le Crédit Agricole veut sa place dans le nouveau paysage bancaire en France
Le Crédit Agricole, numéro un en France, ne veut pas rester les bras croisés face aux différentes mutations que connaît le paysage bancaire français. Selon son président, M. Yves Barsalou, la banque verte compte "tenir sa place dans le nouveau paysage bancaire qui est en train de naître". Pour sa part, le directeur général de la banque, M. Lucien Douroux, précise que le Crédit Agricole entend "valoriser ses atouts et réduire ses handicaps".
Mais contrairement à la Société Générale et Paribas, qui misent sur le retour en grâce du métier de banque de gros pour justifier leur mariage, la banque verte, elle, donne la priorité à la banque de proximité en France. Néanmoins, elle compte confirmer ses ambitions et sa stratégie sur la banque de grande clientèle internationale et de marchés.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc