×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Emprunt obligataire
La signature de l’ONDA plébiscitée

Par L'Economiste | Edition N°:3427 Le 20/12/2010 | Partager

. L’opération a été sursouscrite 11 fois en seulement 2 joursLa dernière sortie de l’Office national des aéroports (ONDA) sur le marché de la dette obligataire a connu un vif succès. L’opération a été sursouscrite 11 fois en 2 jours contre 5 initialement prévus. 21,7 milliards de DH ont été apportés contre 2 milliards demandés. Ce rush témoigne dans une certaine mesure de la qualité de la dette de l’Office. Mais surtout, il reflète un certain désespoir des investisseurs face à la rareté des opportunités sur le marché. L’offre publique de vente sur les actions CNIA Saada en novembre dernier avait été aussi largement sursouscrite. D’une maturité de 10 ans, l’emprunt est réparti en deux tranches A et B. Elles sont soumises à un taux fixe de 5,38% assorti d’une prime de risque de 120 points de base. La tranche A est négociable à la Bourse depuis lundi dernier. Quant aux obligations de la tranche B, elles sont négociables de gré à gré. Les compagnies d’assurances et de réassurance ont été les uniques souscripteurs sur la tranche A. Ils ont apporté 800 millions de DH. La tranche B a mobilisé pour sa part 20,9 milliards de DH dont 11,2 milliards pour les OPCVM. Les établissements de crédits et les Caisses de retraites ont misé respectivement 6 et 2,6 milliards de DH. Cette levée permettra à l’ONDA de disposer d’une assise financière importante pour achever son plan stratégique 2008-2012. Un peu moins de 11 milliards de DH d’investissements seront consentis sur la période. Jusque-là 6,7 milliards ont été engagés. Le montant levé contribuera pour moitié aux investissements en 2011 et 2012. Les aéroports de Casablanca et d’Oujda sont les grands bénéficiaires de ce vaste programme d’investissement. La superficie du terminal 1 de l’aéroport Mohammed V sera doublée pour passer à 77.000 m². Elle permettra de porter la capacité de traitement du terminal à 7 millions de passagers par an. De quoi renforcer Casablanca dans son statut de hub régional. Statut qui est appelé à prendre une ampleur plus importante avec la mise en place de Casablanca Finance City. Quant à l’aéroport Oujda-Angad, son rôle change radicalement avec l’arrivée de la station balnéaire de Saïdia. De l’avis même des autorités aéroportuaires, Oujda qui était jusque-là un aéroport à vocation MRE a désormais affaire à une nouvelle catégorie de passagers. Le nouveau terminal d’une superficie de 28.000 m² disposera d’une capacité de traitement de 2,5 millions de passagers par an. Globalement, le programme de développement et de modernisation des aéroports permettra de relever le trafic à plus de 22 millions de passagers par an à l’échéance du plan.F. Fa

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc