×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Emploi & Carrière
    Idoine et Mercuri Urval scellent leur partenariat

    Par L'Economiste | Edition N°:2295 Le 12/06/2006 | Partager

    . Complémentarité d’actions mais chacun garde son autonomie . Les cadres marocains très prisés par les pays du GolfeLA globalisation gagne le marché du recrutement. La demande des cadres marocains à l’international, depuis 3-4 ans, est en augmentation constante. Le mouvement d’expatriation le plus important touche surtout Dubaï et les pays du Golfe en général surtout dans les secteurs du tourisme, des NTI et récemment la banque.Un début encore timide vers l’Europe est également enregistré. Cette tendance sera renforcée par l’immigration «choisie» que le gouvernement français est en train de mettre en place via la carte de séjour «compétences et talents». Par ailleurs, de plus en plus de cadres de la diaspora marocaine sollicitent les cabinets locaux pour leur carrière à l’international ou dans des entreprises au Maroc.Dans l’autre sens, le Maroc fait également appel à des compétences étrangères, surtout pour des postes de spécialités pointues. De même, les multinationales présentes au Maroc offrent aux cadres une possibilité de projection dans les régions du monde où elles sont implantées. Pour couvrir le Maghreb, certains groupes choisissent de s’appuyer sur la filiale marocaine (exemple: Coca Cola, Microsoft, Motorola…). Le secteur public sera également un gros marché qui va se développer. Déjà avec l’adoption du système des contrats, il a attiré de bons profils et ce n’est que le début, pronostique Saâd Benkirane, directeur général du cabinet Idoine.. Accompagner les PMEFace à ce besoin important en cadres, les cabinets Idoine et Mercuri Urval France ont scellé un partenariat pour accompagner leurs clients. Effectif depuis 9 mois, ce partenariat a été rendu public le mercredi 7 juin à Casablanca. «Nous ne sommes pas une filiale de Mercuri Urval. Chacun garde son autonomie, mais nous travaillons en complémentarité», souligne Saâd Benkirane. «Chacun travaille à sa manière, mais nous partageons les mêmes règles», précise-t-il. Concrètement, l’opérateur marocain se charge de repérer, au niveau local, les candidats pour les clients de Mercuri Urval France. Une fois cette phase de présélection franchie, le cabinet français évaluera les candidats par rapport à l’environnement cible. Si un organisme marocain veut recruter un cadre étranger, les rôles sont inversés. Ce travail en synergie a déjà donné ses fruits: plusieurs opérations ont été conclues. «L’accompagnement à l’expatriation n’est pas un axe stratégique pour nous, mais on n’a pas le choix, on doit suivre nos clients», explique Saâd Benkirane. Désormais, Idoine couvre le marché local, le Maghreb et le Moyen-Orient pour répondre aux attentes de Mercuri Urval. Ce dernier, quant à lui, travaille dans 22 pays. C’est d’ailleurs lui qui accompagne la Commission européenne dans le recrutement de ses responsables. Il est également le fondateur du célèbre portail spécialisé «www.cadremploi.fr». Le cabinet Idoine, en s’alliant à une référence internationale dans le métier du recrutement, peut se donner les moyens d’entrer dans la cour des grands. Pas question pour autant de ne travailler qu’avec les multinationales. «Pour le moment, nous travaillons beaucoup avec ces sociétés car elles représentent la majorité des entreprises structurées. Mais, à l’avenir, notre souhait, comme celui de notre partenaire, est d’accompagner les PME», explique Saâd Benkirane. Cet enjeu est de taille, vu que les petites et moyennes entreprises représentent 95% du tissu économique.


    Ce qui a changé en dix ans

    LE recrutement est devenu un axe stratégique dans les entreprises, du moins, celles qui font appel aux prestations des intermédiaires professionnels.Il y a dix ans, la clientèle des cabinets-conseil émanait essentiellement des filiales de multinationales et de groupes privés. La demande était centrée sur les cadres intermédiaires et dirigeants et les entreprises privilégiaient le critère de maîtrise technique par les candidats. Aujourd’hui, le tableau a complètement changé. L’appel au conseil s’est plus ou moins normalisé. Le recours aux cabinets-conseil en recrutement n’est plus l’apanage de grandes structures ou de firmes organisées du secteur privé. Par ailleurs, l’accompagnement par un conseil ne concerne pas que le recrutement des cadres mais s’est élargi également aux agents de maîtrise, notamment pour des spécialités bien particulières ou rares.Si l’on en croit le directeur général du cabinet Idoine, on assiste à l’apparition d’un marché de travail qui régule l’offre et la demande des cadres. Ces derniers ne sont plus dans une logique de demandeurs et ont fait monter leurs exigences. Pour les éléments à fort potentiel, le choix est plus ouvert du fait des opportunités à l’étranger. Pour les entreprises marocaines, le défi sera de développer leur attractivité par de nouveaux outils de motivation. Elles doivent aussi cesser de croire que la rémunération est le seul élément de la rétribution de leurs collaborateurs. Au delà de la consistance de la dernière ligne de la fiche de paie, ces derniers demandent surtout une mise à jour permanente de leurs compétences et une amélioration continue de leur employabilité. A bon entendeur.


    Les deux partenaires

    MERCURI Urval a été créé en Suède en 1967. Après 39 ans d’existence, le cabinet s’est développé pour devenir aujourd’hui l’une des entreprises internationales majeures de consulting avec plus de 800 collaborateurs dans 22 pays (Europe, Chine, USA, Brésil, Australie…).Idoine a été créé en janvier 2000. Le cabinet emploie une équipe de 8 personnes dont trois consultants psychologues. Il fait également appel à un réseau de 10 consultants free-lance disposant, au minimum, d’une dizaine d’années d’expérience dans les domaines de la formation et du conseil. Sa base de données/candidats comprend 11.000 profils.Nadia DREF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc