×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Elections palestiniennes: Campagne sans accroc

Par L'Economiste | Edition N°:1933 Le 06/01/2005 | Partager

. Abbas est donné favori parmi les sept candidats en lice L’élection, le 9 janvier, d’un nouveau président de l’Autorité palestinienne pour succéder à Yasser Arafat devrait se dérouler sans les heurts redoutés après le décès du dirigeant qui tirait toutes les ficelles du pouvoir.Le scénario chaotique appréhendé par beaucoup ne s’est jusque-là pas réalisé et la troïka qui a pris le pouvoir au lendemain de la disparition d’Arafat, le 11 novembre 2004, s’est acquittée sans problème majeur d’une tâche qui semblait particulièrement ardue.Mahmoud Abbas a succédé à Arafat à la tête de l’Organisation de libération de la Palestine. Rawhi Fattouh, président du Parlement, assure un intérim de deux mois comme président de l’Autorité palestinienne. Farouk Kaddoumi est devenu chef du mouvement Fatah, tandis qu’Ahmad Qoreï continue de diriger le gouvernement palestinien. Et l’élection d’un nouveau président de l’Autorité -selon toutes probabilités Abbas- doit avoir lieu comme prévu le 9 janvier à l’issue d’une campagne sans accroc notable et sous l’oeil de centaines d’observateurs internationaux.“Au lieu du chaos que beaucoup craignaient, nous avons assisté à une action caractérisée par un esprit de démocratie et de clémence”, affirme Majdi Al-Malki, doyen de la Faculté d’études internationales à l’Université de Bir-Zeit en Cisjordanie. “Le fait que sept candidats sont en lice pour la présidentielle ainsi que le bon déroulement des récentes élections municipales en sont la preuve”, estime-t-il.Les instances dirigeantes du Fatah, principal mouvement palestinien fondé par Arafat et qui domine les institutions de l’Autorité palestinienne, ont affiché un soutien unanime à Abbas comme candidat à la présidentielle.La seule fausse note dans ce processus de transition a été le refus des radicaux du Hamas et du Jihad islamique de participer au scrutin présidentiel.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc