×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Dossier SIAM
Les Celliers de Meknès se diversifient dans l’oléiculture

Par L'Economiste | Edition N°:2762 Le 23/04/2008 | Partager

. 4.000 hectares d’oliviers et un «Château» dédié. Dans le vin, le groupe veut accroître son activité à l’exportViticulteur depuis 1956, Brahim Zniber a créé Les Celliers de Meknès en 1964 pour en faire près de quarante-cinq ans après, un incontestable leader avec une part de marché de 85%, et un chiffre d’affaires d’un milliard de dirhams. Le groupe exploite 2.000 hectares de vignes au pied des montagnes du Moyen-Atlas et réalise une production annuelle équivalente à 25 millions de bouteilles, dont une partie de plus en plus importante destinée à l’export, notamment vers la France. Il est aussi à l’origine de la création en 1998 de la première Appellation d’Origine Contrôlée (AOC), «Les Côteaux de l’Atlas», et du premier «Château» marocain dédié aux vins, en 2004, le «Château Roslane». L’ambition du management des Celliers de Meknès est de développer l’activité à l’export, notamment sur les marchés russe et l’Union européenne où il doit affronter les vins de nouvelles puissances vinicoles, notamment l’Australie, le Chili, l’Argentine, la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud. La montée en puissance de ces acteurs du «Nouveau monde» ainsi que le poids de la grande distribution, accentuent la pression sur les prix. Cependant, Les Celliers de Meknès sont prêts à affronter cette concurrence. «Notre atout réside dans la maîtrise de la chaîne de production, de la cueillette des raisins jusqu’à la distribution», fait remarquer le directeur général des domaines agricoles du groupe, Serrhini Mohamed Najib. Aujourd’hui, le nouveau challenge est de dupliquer le même modèle de réussite sur un autre créneau porteur: l’olivier. «Nous avons investi le secteur de l’olivier depuis près de cinq ans parce qu’il y a une forte demande sur le marché international de l’huile d’olive de haut de gamme», justifie la direction générale. . Une concurrence redoutable sur le vinUn projet de plantation d’oliviers sur 4.000 hectares est bien avancé ainsi que celui de l’aménagement d’un complexe de trituration. L’objectif est de produire 600 à 1.000 tonnes et de créer un «Château» de l’oléiculture. Le projet tombe à pic car la hausse des cours mondiaux des denrées rend à nouveau attractive la production locale (voir aussi interview de Ahmed Rahhou en page VI). «Nous tablons sur la qualité pour conquérir les marchés mondiaux; cela implique la maîtrise de la traçabilité, et des normes de qualité et de protection de l’environnement sur toute la chaîne. Dans ce secteur de l’huile d’olive, il va falloir affronter aussi une redoutable compétition et l’émergence de nouveaux acteurs comme la Syrie dont les volumes de production font trembler la concurrence. «Cela doit nous pousser à nous impliquer plus dans la maîtrise de nos process avec la priorité de produire une huile de haute facture», concède le directeur général. Pour réussir ce challenge, la maîtrise de l’approvisionnement s’impose. A ce titre, le groupe Zniber a noué des partenariats avec les agriculteurs de la région. «C’est un partenariat gagnant-gagnant qui associe des petits ou grands agriculteurs et industriels de la région, l’Etat, des grandes écoles, et même des opérateurs étrangers. Aussi, dans le cadre de ce partenariat, la qualité est impérative tant au niveau des techniques culturales qu’à celui de l’extraction et la conservation de l’huile», observe Serrhini Mohamed Najib. Cela implique le respect de la densité de plantation, l’entretien du sol, le traitement phytosanitaire des vergers, des rendements contrôlés…, jusqu’au moment de la récolte. Il s’agit aussi d’inciter les oléiculteurs partenaires à l’utilisation des bonnes pratiques de fabrication de l’huile d’olive. Mieux encore, le groupe Zniber investit dans des pépinières performantes pour s’assurer, ainsi que pour ses partenaires, d’avoir des plants sains. «Nous avons visité plusieurs pépinières en Espagne; certaines fournissent des plants de qualité très variable et qui peuvent être à l’origine de graves maladies et contaminer tout le verger. Le groupe a opté pour la mise en place de ses propres pépinières afin de s’assurer de la bonne qualité des plants, et nos laboratoires, au sein de notre technopark de l’olivier, font régulièrement l’analyse des feuilles pour produire de bons plants», explique le directeur général des domaines Zniber. L’état sanitaire des fruits étant le meilleur garant de la qualité d’une huile d’olive pour le groupe qui ambitionne désormais de devenir un opérateur incontournable.


L’Espagne en force au Siam

Elles sont venues en force à la 3e édition du Salon international de l’agriculture de Meknès, qui se tient du 23 au 28 avril. Elles sont 14 entreprises espagnoles à faire le déplacement, de toutes les filières agricoles et regroupées dans un pavillon officiel de 350m2 sous la banière de l’association sectorielle Agragex. A noter que les entreprises espagnoles sont plus nombreuses cette année que par le passé. Pour les responsables d’Agragex, “celà s’explique par le fait que certaines entreprises espagnoles ont déjà leurs représentants au Maroc”. Entreprises participantes:Construcciones Mecanicas Alcay et Serrat Broyeurs: Fabricants de broyeurs, débroussailleuses et hâcheuses de déchets végétaux; Elmega: Fabricant de trayeuses mécaniques et leurs composants; Export Abricola: Fabricant de vibrateurs d’arbres fruitiers et de coupeuses de branches; Inmesol: Fabricant de groupes électrogènes et produits insonorisés; Mila Maquinaria Agricola: Fabricant de broyeurs, débroussailleuses et élévateurs; Novedades Agricolas: Réseaux d’irrigation, serres multichapelles, écrans thermiques, contrôle de température, chauffage par air et eau chaude; Orera Trading: Spécialiste en variétés fruitières à faible besoin d’eau, adaptées aux climats chauds; Plantal-Lus: Producteur de plants d’olivier de grande qualité et prestation de services pour l’oliviculture moderne; Plantas Continental: Entreprise dédiée exclusivement à la multiplication, développement et recherche sur les plants de rosier pour la fleur coupée; Silos Cordoba: Fabricant de silos métalliques et machinerie de transport à usage industriel et agricole; Sistema Azud: Spécialiste des solutions pour l’irrigation, filtration, fertilisation et dessalement; Sustainable Agro-Solutions: Fabricant de produits destinés à améliorer les sols agricoles et la nutrition sélective, et spécialisé dans la prévention de l’état sanitaire des plantes; Viveros Fyton: Spécialisé dans la reproduction de variétés d’olivier avec les techniques de production avancées. Rachida BAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc