×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Crédit-bail : Maghrebail axe son développement sur l'immobilier

    Par L'Economiste | Edition N°:167 Le 16/02/1995 | Partager

    Malgré la relative stagnation du financement par leasing, Maghrebail améliore son chiffre d'affaires et consolide sa 1ère place. Cependant, face au recul des secteurs traditionnellement bénéficiaires du financement par crédit-bail, Maghrebail entreprend de développer le crédit-bail immobilier.

    MAGHREBAIL compte redynamiser le produit crédit-bail immobilier au cours de l'exercice 1995, produit pour lequel elle avait lancé des "opérations tests" entre 1992 et 94. Jusque-là, le développement de ce produit s'est trouvé freiné par des obstacles d'ordre juridique et fiscal. Les nouvelles dispositions de la Loi de Finances visent à encourager cette nouvelle formule d'accès à la propriété. En effet, l'acquisition du terrain et les avantages prévus au moment de la cession d'immeuble au futur utilisateur sont exonérés d'impôts. Les droits d'enregistrement sont calculés sur la valeur résiduelle et non sur le prix de l'immeuble. L'apport de la loi de Finances 1995 réside dans le fait que ce dispositif fiscal bénéficie désormais aux immeubles anciens. Le chiffre d'affaires réalisé par Maghrebail, au titre de l'exercice 1994, est évalué à 410 millions de DH hors taxes contre 395 millions en 1993, soit un accroissement de 4%. Les achats en immobilisations effectués au cours de la même année ont atteint 373 millions de DH. Le crédit-bail immobilier a porté sur 59 millions DH contre 34 millions en 1993, soit une hausse de 70%. Les achats en crédit-bail mobilier sont évalués à 214 millions DH en 1994 contre 301 millions en 1993, soit une baisse de 29%. Ces résultats placent Maghrebail en tête du secteur du leasing avec une part de marché de 24% et dénote la volonté de diversification des produits en faveur du crédit-bail immobilier. Malgré le ralentissement de l'activité économique et ses répercussions sur les investissement industriels, la société a réussi à maintenir ses parts de marché et "la qualité de ses risques". Ainsi, au cours de l'exercice 1994, les engagements dans le secteur des Travaux Publics sont restés "très prudents" compte tenu de la conjoncture défavorable. De même, pour le secteur plastique qui a subi les contrecoups de la hausse de la matière première, les engagements de Maghrebail ont reculé face à la baisse des investissements. En revanche, le secteur du transport a bénéficié d'une hausse de près de 10% par rapport à 1993. Par ailleurs, dans le secteur chimie et parachimie, Maghrebail a réalisé "de bonnes opérations" qui lui ont permis de maintenir ses engagements dans cette branche tout comme pour la branche agro-alimentaire. Enfin, le financement au profit des professions libérales et des sociétés prestataires de services a connu une relance due aux avantages fiscaux accordés en 1993 pour les achats de matériel. Outre le financement à 100% du matériel d'équipement et de bureau, le taux de TVA est passé de 19 à 7%, ce qui améliore nettement l'attrait du financement par leasing.

    Par ailleurs, la répartition régionale des engagements de Maghrebail place toujours en tête la région de Casablanca avec 63% des opérations contre 79% de opérations en 1993. Cet effort de décentralisation a profité à la région ouest pour laquelle le nombre d'opérations a doublé par rapport à 1993 et la région sud qui a drainé un tiers de plus des opérations de leasing. Dans les autres régions les engagements de Maghrebail se sont maintenus.

    Cependant, face à la stagnation des branches traditionnelles, Maghrebail a entrepris la diversification de son activité en lançant trois opérations de crédit-bail immobilier dés 1992, année de la promulgation de la loi autorisant cette formule de financement. Mais son véritable essor demeure freiné par un environnement juridique défavorable. Ainsi, le Dahir de 1954 relatif au fonds de commerce attribue à toute unité industrielle créée un fonds de commerce lié à son activité. De ce fait, l'octroi d'un crédit bail immobilier à une société comporte le risque de non-restitution du fonds de commerce en cas de défaillance du bénéficiaire. "Nous comptons sur l'instauration d'une nouvelle juridiction protégeant les intérêts des sociétés de financement; lors de l'octroi du crédit-bail immobilier, à l'instar de ce qui existe en Europe et plus récemment en Tunisie", déclare M. Tehraoui, directeur général de Maghrebail.

    Pour cette raison, les dirigeants de Maghrebail demeurent prudents quant l'extension de ce produit.

    Toutefois, la société intègre dans ses objectifs futurs la vulgarisation du crédit-bail immobilier en faveur des industriels et investisseurs en lançant une compagne de communication au cours de l'exercice 1995. Conçue par voies de presse écrite en télévisuelle, elle ciblera les PME dotées d'une structure financière saine, pour développer cette nouvelle technique d'ingénierie financière.

    M.K.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc