×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Concession des RED de Tanger et Tétouan: Norema vend son programme d'investissement

    Par L'Economiste | Edition N°:656 Le 09/12/1999 | Partager



    · Les priorités du groupement sont l'amélioration de l'assainissement, la motivation du personnel et l'amélioration de la gestion clientèle

    La course pour la concession des services d'eau, d'assainissement et d'électricité des villes de Tanger et Tétouan s'annonce serrée. Au moment où les offres sont à l'étude, les soumissionnaires s'engagent dans des campagnes d'information. La dernière en date est celle du groupement Norema (voir notre édition du 6 décembre). Piloté par la Lyonnaise des Eaux, ce dernier a organisé le 6 décembre une conférence de présentation à Tanger. L'objectif est de communiquer sur les ambitions et les atouts des sociétés formant le groupement. Cette manifestation s'est tenue en présence des responsables des différents partenaires et des acteurs des collectivités des deux villes.
    Les responsables de Norema misent énormément sur ce projet. Ils comptent utiliser l'ensemble de leurs moyens techniques dans l'opération. Un programme d'investissement a été élaboré dans ce sens. Ses priorités sont l'amélioration de l'assainissement et de la gestion clientèle. La motivation du personnel figure également au centre des préoccupations du groupement. Les responsables comptent procéder à travers l'instauration d'un "dialogue social", la mobilisation de l'encadrement local et l'initiation de programmes de formation. La tâche s'avère difficile. Les deux régies de Tanger et de Tétouan emploient environ 2.400 personnes et le cahier des charges ne prévoit pas de licenciements. Norema estime toutefois que la situation est gérable. Pour convaincre, il avance l'expérience de la Lydec à Casablanca. Le montant des investissements prévus par Norema se situe entre 3 et 5 milliards de DH, dont 30% durant les cinq premières années. Idem pour Tétouan. Ces investissements devront se focaliser sur l'extension des réseaux et la canalisation. "Le plus important est d'investir utilement", a souligné M. Claude Jamati, directeur du Développement de Suez Lyonnaise des Eaux. Selon lui, il faut arriver à créer une synergie entre les trois fonctions: eau, électricité et assainissement. Pour cela, chacune des cinq sociétés, dont se compose Norema, devra apporter sa propre expertise. La Lyonnaise des Eaux, pôle eau du groupe Suez Lyonnaise des Eaux, jouera le rôle d'opérateur, tel que défini dans le dossier d'appel d'offres. Sa participation dans le capital est de 35%. Agbar, leader en Espagne et au Portugal dans le domaine du cycle intégral de l'eau, agira en tant que partenaire de Suez Lyonnaise des Eaux, avec une participation au capital de 15%. En matière d'électricité, la société Elyo, filiale du pôle énergie du Groupe Suez Lyonnaise des Eaux, coordonnera le secteur en partenariat avec Northern Electric, filiale à 100% du groupe américain MidAméricain. La participation de ces deux sociétés est respectivement de 20 et 15%. Ces quatre opérateurs se sont alliés à un partenaire marocain. Il s'agit de Tadeus, filiale du Groupe El Alami, implantée à Tanger.


    L'ONA aussi


    Le groupe El Alami n'est pas l'unique opérateur marocain présent dans la liste des soumissionnaires. Comme il a été souligné par L'Economiste dans l'édition du 6 décembre, l'ONA s'est allié avec le groupement piloté par Vivendi. La holding participe à hauteur de 16%, contre 41% pour Vivendi, 18% pour Hydro-Québec et 15% pour Somed.

    Adil BOUKHIMA


    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc