×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Le Marocain est fidèle aux marques françaises

    Par L'Economiste | Edition N°:656 Le 09/12/1999 | Partager



    · Sur 24.500 véhicules vendus à fin octobre 1999, près de la moitié sont des voitures montées localement
    · Peugeot et Renault remportent la palm
    e

    La voiture économique rivalise sérieusement avec ses consoeurs d'importation, au vu des derniers chiffres communiqués par l'Association des Importateurs de Véhicules Automobiles Montés (AIVAM). Mais, les deux segments du marché automobile peuvent encore cohabiter.
    Trois facteurs jouent en faveur de la production locale (Uno, Tipo et Siena). D'abord, l'existence pour tous les modèles d'une version diesel. Cette motorisation est très prisée au Royaume malgré une durée de vie plus courte des pièces (qui dépendent également de la griffe). Ensuite, la fourchette des prix, qui reste à un niveau bas par rapport aux modèles d'importation. Et en troisième position, la disponibilité de pièces détachées sur le marché local.
    Ainsi à fin octobre, les concessionaires automobiles ont vendu un peu plus de 10.000 exemplaires de Uno, Palio et Siena contre 14.422 modèles importés. D'ores et déjà, ils ne s'attendent pas à de gros changements, puisque l'année sera bouclée en plein mois de Ramadan, réputé être une période de mévente. Rappelons que les pics de vente ont lieu généralement au début de l'été et en fin d'année. L'année dernière, sur 20.000 voitures neuves vendues (contre 24.500 à octobre 1999), plus de 12.000 étaient importées contre 7.900 voitures de montage national. Au niveau des marques étrangères, les voitures françaises recueillent l'enthousiasme des Marocains, grâce notamment à la présence de moteurs diesel. Avec les modèles 206 et 306, Peugeot tient la dragée haute aux Mégane et Clio de Renault.
    Les familles City, Civic et 4x4 (une version 5 portes du HRV sera sur le marché national au début de l'an 2000) permettent à la firme japonaise Honda de se placer troisième sur la liste des ventes. Toyota est quatrième. Malgré la présence sur le marché de la Lancer GL jugée meilleure voiture en termes du rapport qualité/prix, Mitsubishi perd des parts de marché dans le segment des catégories moyennes.
    Quant aux firmes allemandes, c'est Volkswagen qui opère une percée sur le marché avec les Polo et Golf, disponibles en diesel. Ses ventes ont augmenté de 11%.
    Ainsi au Maroc, ce sont les motorisations diesel qui font la part belle à certaines firmes automobiles. Quant aux versions essence, elles sont moins prisées en dépit d'une plus grande fiabilité du moteur. Le marché local va s'élargissant, et certains acheteurs ne conçoivent plus leur voiture comme un outil fonctionnel. Grâce aux magazines spécialisés écrits et télévisés, ils sont plus avisés et prennent le temps de choisir leur modèle, en fonction du confort et des équipements de sécurité. Le concessionnaire est plus souvent interrogé sur l'existence ou non d'un "air bag" et du système de freinage ABS. Certains vont jusqu'à essayer les modèles de leur choix. Quant au paysage de la distribution, la qualité des services commercial et après-vente se chargeront de le relifter.

    Nadia EL ASRI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc