×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
Affaires

Complexe industriel de Guemassa
Nouveau projet dans l’hydrométallurgie

Par L'Economiste | Edition N°:2126 Le 10/10/2005 | Partager

. 100 millions de DH pour une unité de dérivés de cobalt. Développement durable au centre de la politique du groupe Des palmiers et des oliviers en pagaille le long de la route narguent les montagnes ocre de l’Atlas… Nous sommes à une trentaine de kilomètres de Marrakech au bord d’un 4x4, sur la route d’Agadir. Managem, holding minier de l’ONA qui compte cinq unités industrielles sur plus de 200 ha, est nichée là, au milieu de… rien! Tout juste quelques douars aux alentours (une quinzaine). On est bien «loin» de la capitale jet-set du Maroc. Ici, les habitants n’ont pas tous accès à l’eau et encore moins l’eau potable! Les femmes et enfants le long de la route qui regagnent leurs villages croisent les touristes en quads fluos -une agence de location est installée à une quinzaine de km de là-, la dernière marotte des vacanciers.La visite du site minier, organisée à l’attention d’un groupe restreint de journalistes, place l’activité hydrométallurgique au centre des intérêts du groupe (investissements, recherche…). Managem finalise actuellement une étude de faisabilité d’un projet de dérivés de cobalt, «afin de permettre de consolider l’activité hydrométallurgique», indique un membre du staff. Ce projet, qui table sur une production annuelle de 500 tonnes de dérivés cobalts (métal) dès le second semestre 2006, nécessitera un investissement de près de 100 millions de DH, indiquent les responsables. Outre l’activité de production de zinc, plomb et cuivre, Managem investit un peu plus chaque année dans son centre de recherche (1% du CA injecté, soit près de 20 millions de DH) installé au cœur du site de Guemassa. Celui-ci dispose des dernières innovations en matière de technologie analytique notamment. Reminex s’appuie sur une équipe de 100 personnes -dont le taux d’encadrement avoisine les 35%- et développe de nouveaux projets, notamment dans le domaine de l’hydrométallurgie. Aujourd’hui, en plus de la recherche et du développement, le Centre opère dans les domaines de l’analyse, de la caractérisation minéralogique et de l’environnement. L’ensemble de ses activités est certifié ISO 9001, version 2000. Les laboratoires d’analyse de Reminex sont, eux, certifiés ISO 17025 auprès du Cofrac. Deux brevets sont issus de la Recherche. Il s’agit de procédés de production relatifs à la cathode de cobalt et à l’oxyde de zinc.L’autre cheval de bataille du groupe, c’est le développement durable. «Une option prise il y a deux ans», indique Ismail Akalay, DG de l’Hydrométallurgie et de la Recherche et Développement. Il justifie la démarche: «Nous ne pouvions pas concevoir la prospérité au milieu d’un îlot de pauvreté». C’est le dernier volet de l’action citoyenne entreprise par Managem à Marrakech depuis 2002: l’action sociale est placée au coeur de la politique de développement du groupe. La femme, les enfants ainsi que l’eau potable sont au centre, explique El Ourzazi Ghita, responsable du pôle Développement. A rappeler que le site de Guemassa est un vaste complexe industriel faisant travailler 1.800 personnes. Managem se concentre ici sur deux métiers : la mine et la métallurgie. Le site industriel regroupe 4 filiales dont deux sont des exploitations, et les deux autres, des sociétés de services (Reminex et Techsub). Le chiffre d’affaires de l’activité hydro s’élève à 724,2 millions de DH en 2004. Précisons que les usines produisent de la cathode de cobalt à raison de 1.800 t/an (4% de la production mondiale). Mais aussi de l’oxyde de zinc (4.500 t/an pour la céramique ou le caoutchouc), et du trioxyde d’arsenic (6.870 t/an pour la fabrication de préservatif de bois, de pesticides…). Par ailleurs, le groupe s’est structuré au fil des années. «Nous avons créé de nouveaux métiers à la fin des années 90. C’était devenu indispensable aussi bien dans la gestion de l’approvisionnement que pour les produits finis. Mais également afin d’assurer une interface client plus efficace», indique Akalay. Il s’agit de l’activité de logistique et de maintenance avec la création d’un bureau technique disposant de plus de 6.000 équipements, selon le responsable technique. La GMAO (maintenance assistée par ordinateur) a fait son entrée également au sein du pôle Mines de l’ONA afin de garantir la disponibilité du matériel et maîtriser les coûts opératoires.


L’environnement, un autre cheval de bataille

Qui dit «mine» pense environnement. En 2000, le site de Guemassa a fait l’objet d’un diagnostic dans quatre domaines: l’air, l’eau, les réactifs et les déchets. Suite à une batterie de tests, les principales actions prévues (et réalisées en partie à ce jour) sont la réduction des émissions de poussières au niveau des installations de broyage et de concassage, ainsi que dans les opérations de manutentions des minerais ou des concentrés. Il en est de même pour la réduction des émissions de gaz. Dans le domaine de l’eau et des rejets liquides, la priorité résidait dans la réduction de la consommation d’eau à tous les niveaux, en favorisant le recyclage (installations de goutte-à-goutte, par exemple). La production d’eau potable a été automatisée afin de réduire les pertes, notamment. Par ailleurs, les effluents liquides qui sont rejetés directement dans la nature ont fait l’objet d’un traitement spécifique. Pour ce qui est des réactifs et des déchets, diverses actions ont été menées comme la sous-traitance du devenir des déchets (valorisation) ou encore, le contrôle de la réduction des risques lors de la manutention et du stockage des produits utilisés sur le site. Céline PERROTEY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc